000 03227cam0 2200445 4500
001 469616
003 http://www.sudoc.fr/193104490
005 20201007012018.0
009 193104490
010 _a978-2-84681-466-9
_bbr.
_d15 EUR
021 _aFR
_bDLE-20160302-13435
033 _ahttp://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb445192166
035 _a(OCoLC)948667056
035 _aFRBNF445192160000000
_zFRBNF44519216
035 _5930662101
_a469616
073 0 _a9782846814669
099 _tMONOG
100 _a20160513h20162016m y0frey50 ba
101 0 _afre
102 _aFR
105 _ay ||||000by
106 _ar
181 _6z01
_ctxt
_2rdacontent
181 1 _6z01
_ai#
_bxxxe##
182 _6z01
_cn
_2rdamedia
182 1 _6z01
_an
183 1 _6z01
_anga
_2rdacarrier
200 1 _aCtrl-X
_asuivi de Bois impériaux
_fPauline Peyrade
210 _aBesançon
_cles Solitaires intempestifs
_dDL 2016
215 _a1 vol. (136 p.)
_d20 cm
330 _aCTRL-X : Une fenêtre s'ouvre. Une vidéo. Une pub. Un flash info. Le téléphone sonne. Adèle s'inquiète : « Tu as pris ton médoc ? » Laurent s'impatiente : « Tu veux que je remonte ? » Une fenêtre s'ouvre. Des photos de Pierre. Des interviews de Pierre. Des souvenirs de Pierre. Une fenêtre s'ouvre. Sur l'amour d'Ida. Sur sa mémoire. Sur ses pulsions. Sur ses obsessions. Sur un passé enfermé dans le présent d'un écran d'ordinateur. Le temps d'une nuit. Le temps d'une crise, ou peut-être d'une évasion. Ctrl-X interroge l'amour et l'impossibilité du deuil à travers une forme fragmentée où l'écran d'ordinateur tient lieu de fenêtre ouverte sur l'inconscient. BOIS IMPERIAUX : Une voiture sur l'autoroute, au milieu de la nuit. À son bord, Irina et son frère Johannes. Irina conduit. Johannes s'agite. « On va où ? » « Elles sont où, les clopes ? » « J'ai chaud. » « J'ai froid. » « Tu m'emmènes pas dans un centre ? » « Tu jures ? » Irina acquiesce, tempère, rassure, un œil sur la route et l'autre sur le tube de comprimés, dans son sac, aux pieds du siège passager. Alors qu'elle croit avoir perdu son chemin, elle rencontre Serge, gérant bavard d'une station-service isolée au plus noir de la forêt. Réécriture lointaine d'Hansel et Gretel, Bois Impériaux se pose à l'endroit de friction de deux lieux contradictoires : l'autoroute – métrée, grise, stérile – et la forêt – infinie, noire, mythique. Au compteur, les kilomètres défilent, les minutes passent, la température baisse quasi imperceptiblement. Tout autour, s'étend la nuit, la nuit noire de la route, où l'on n'y voit qu'à profondeur de phares, où les panneaux jaillissent des ténèbres avec des noms bizarres et disparaissent aussitôt, emportant avec eux leurs légendes.
_2éditeur
464 _tCtrl-X
464 _tBoix impériaux
620 2 1 _aSuisse
_dGenève
_eThéâtre de Poche
_f20170411
686 _a802
700 1 _aPeyrade
_bPauline
_f1986-...
801 3 _aFR
_bAbes
_c20201006
_gAFNOR
801 0 _aFR
_bFR-751131015
_c20160302
_gAFNOR
930 _5930662101:676003427
_b930662101
_a840"20" PEY 7