Vue normale Vue MARC vue ISBD

Rencontres spectaculaires sous surveillance : processus d'exclusion, de légitimation et d'intégration de l'oeuvre agressive en danse contemporaine / Anais Loison ; sous la direction de Isabelle Ginot

Auteur principal: Loison, Anais Co-auteur: Ginot, Isabelle (1964-....) ; Neveux, Olivier (1975-....) ; Wallon, Emmanuel (1956-....) ; Guisgand, Philippe ; Pagès, Sylviane (1978-....) Collectivité co-auteur: Université de Paris VIII ; École doctorale Esthétique, sciences et technologie des arts, Saint-Denis, Seine-Saint-Denis Langue: français ; du résumé, fre ; du résumé, eng.Pays: France.Editeur: 2018Numéro national de thèse: 2018PA080122.Note de thèse: Thèse de doctorat, Danse, Paris 8, 2018, Résumé:

Certaines œuvres de danse contemporaine (ou pluridisciplinaires) programmées dans les salles de spectacle françaises semblent conçues pour atteindre le spectateur et le faire vaciller en troublant ses repères moraux, sa stabilité émotionnelle voire son confort physique. Ces productions artistiques rencontrent de vives oppositions au sein de la presse qu’elle soit généraliste ou spécialisée en danse. Elles sont aussi la cible d’une dévalorisation moins visible, celle des esthéticiens qui les situent à la marge des esthétiques chorégraphiques légitimes. On leur reproche les violences qu’elles exerceraient sur les interprètes et l’agressivité qu’elles déploieraient à l’encontre du public. Ces condamnations, sous forme de procès d’intention, visent les artistes, les amateurs de ces représentations, mais aussi les danseurs qui la font exister sur scène. Elles se formulent au moyen d’éléments de langage voisins et suivent des logiques argumentatives similaires quels qu’en soient les émetteurs. Le canevas de cette rhétorique dépréciative est tissé de lieux communs qui lui accordent, de fait, une solide immunité contre son examen critique. Aujourd’hui stabilisée, cette typologie des démarches considérées comme fautives continue d’être alimentée par les propos de ceux qui ont la charge de les juger. Dans cette thèse, nous analysons la manière dont, au fil de ces discours d’expertise, se construit un portrait précis de l’œuvre de danse contemporaine délictueuse. Nous interrogeons les répercussions multiples de cette stabilisation du jugement négatif entourant certaines pratiques du regard – désir de montrer, désir de se montrer, et désir de voir les œuvres – et ciblant précisément les pièces chorégraphiques considérée comme violentes.

Some contemporary or multidisciplinary dance works programmed in French auditoriums seem to have been made to reach the audience and to make their ethical compass, their emotional stability and their physical comfort shaken. These artistic creations received strong press contradictions in both general and specialised dance magazines. They are the target of a concealed discredit from the aestheticians who place them at the border of rightful aesthetic choreographies. They would exert a hold on performers due to their violence and would deploy aggressiveness against the public. Those lockings under the form of attacks are targeting artists, performance lovers but also dancers who are making the scene exist. They take the form of similar elements of language and follow similar argumentative logic whatever the speakers are. The framework of the depreciative rhetoric is forged by common sites which grants its a strong immunity against its critical examination. Today the situation is stabilised, however these sort of moves considered as erroneous continue to be supplied by speeches of those who has to judge them. In this thesis, we will analyse how a precise description of a criminal contemporary dance work is depicted. We will question the multiple consequences of this stabilized negative judgement around certain practices of the gaze – desire to show, to be seen and desire to see works – targeting choreographic works considered as violent.

Sujet - Nom commun: Danse contemporaine | Violence | Critique de danse | Art -- Censure | Danse -- Publics Sujet - Forme: Thèses et écrits académiques Sujet - Thésaurus: Esthétique | Violence dans la danse | Agressivité dans la danse | Spectateur | Critique | Évaluation des oeuvres chorégraphiques | Scandale | Censure

Ressource en ligne: Accès réservé au texte intégral


Tags de cette bibliothèque : Pas de tags pour ce titre. Connectez-vous pour ajouter des tags.
Type de document Site actuel Collection Cote Statut Date de retour prévue Code à barres Réservations
Thèse exclue du prêt BU – Saint-Denis
Consultable en ligne
Arts du spectacle - ST Exclu du prêt 481114
Total des réservations: 0

Titre provenant de l'écran-titre

Ecole(s) Doctorale(s) : École doctorale Esthétique, sciences et technologie des arts (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis)

Partenaire(s) de recherche : Esthétique, musicologie et créations musicales (Equipe de recherche)

Autre(s) contribution(s) : Olivier Neveux (Président du jury) ; Sylviane Pagès (Membre(s) du jury) ; Emmanuel Wallon, Philippe Guisgand (Rapporteur(s))

Thèse de doctorat Danse Paris 8 2018

Certaines œuvres de danse contemporaine (ou pluridisciplinaires) programmées dans les salles de spectacle françaises semblent conçues pour atteindre le spectateur et le faire vaciller en troublant ses repères moraux, sa stabilité émotionnelle voire son confort physique. Ces productions artistiques rencontrent de vives oppositions au sein de la presse qu’elle soit généraliste ou spécialisée en danse. Elles sont aussi la cible d’une dévalorisation moins visible, celle des esthéticiens qui les situent à la marge des esthétiques chorégraphiques légitimes. On leur reproche les violences qu’elles exerceraient sur les interprètes et l’agressivité qu’elles déploieraient à l’encontre du public. Ces condamnations, sous forme de procès d’intention, visent les artistes, les amateurs de ces représentations, mais aussi les danseurs qui la font exister sur scène. Elles se formulent au moyen d’éléments de langage voisins et suivent des logiques argumentatives similaires quels qu’en soient les émetteurs. Le canevas de cette rhétorique dépréciative est tissé de lieux communs qui lui accordent, de fait, une solide immunité contre son examen critique. Aujourd’hui stabilisée, cette typologie des démarches considérées comme fautives continue d’être alimentée par les propos de ceux qui ont la charge de les juger. Dans cette thèse, nous analysons la manière dont, au fil de ces discours d’expertise, se construit un portrait précis de l’œuvre de danse contemporaine délictueuse. Nous interrogeons les répercussions multiples de cette stabilisation du jugement négatif entourant certaines pratiques du regard – désir de montrer, désir de se montrer, et désir de voir les œuvres – et ciblant précisément les pièces chorégraphiques considérée comme violentes.

Some contemporary or multidisciplinary dance works programmed in French auditoriums seem to have been made to reach the audience and to make their ethical compass, their emotional stability and their physical comfort shaken. These artistic creations received strong press contradictions in both general and specialised dance magazines. They are the target of a concealed discredit from the aestheticians who place them at the border of rightful aesthetic choreographies. They would exert a hold on performers due to their violence and would deploy aggressiveness against the public. Those lockings under the form of attacks are targeting artists, performance lovers but also dancers who are making the scene exist. They take the form of similar elements of language and follow similar argumentative logic whatever the speakers are. The framework of the depreciative rhetoric is forged by common sites which grants its a strong immunity against its critical examination. Today the situation is stabilised, however these sort of moves considered as erroneous continue to be supplied by speeches of those who has to judge them. In this thesis, we will analyse how a precise description of a criminal contemporary dance work is depicted. We will question the multiple consequences of this stabilized negative judgement around certain practices of the gaze – desire to show, to be seen and desire to see works – targeting choreographic works considered as violent.

Il n'y a pas de commentaire pour ce titre.

pour proposer un commentaire.