Vue normale Vue MARC vue ISBD

L'oralité chez Marguerite Duras : poétique de la voix du corps / Dechao Song ; sous la direction de Gérard Dessons et de Sishe Hu

Auteur principal: Song, Dechao Co-auteur: Dessons, Gérard (1949-....) ; Hu, Sishe ; Illouz, Jean-Nicolas (1964-....) ; Boblet, Marie-Hélène, spécialiste de littérature française (1958-....) ; Chalonge, Florence de Collectivité co-auteur: Université de Paris VIII ; École doctorale Pratiques et théories du sens, Saint-Denis, Seine-Saint-Denis Langue: français ; du résumé, fre ; du résumé, eng.Pays: France.Editeur: 2019Numéro national de thèse: 2019PA080051.Note de thèse: Thèse de doctorat, Langues et litteratures francaises, Paris 8, 2019, Résumé:

Marguerite Duras cherche inlassablement dans son écriture une voix vivante qui débordera le système des signes de la langue. Cette voix, indissociable du corps dans le langage, permet à l’écriture d’acquérir une oralité impressionnante, laquelle se définit comme « la poétique de la voix du corps » selon la formule d’Henri Meschonnic. En s’interrogeant sur cinq modalités problématiques du corps (utopique, invisible, incorporel, errant et mort), la thèse tente de mettre en relation l’oralité et la corporalité afin d’examiner la voix à travers la négativité du corps, tout en analysant le rythme de la voix, lequel invente une nouvelle signifiance dans et par le langage. Cette voix que Duras essaie d’inscrire dans le langage est portée par un sujet inconnu qui s’emploie à questionner d’une manière nouvelle la notion d’oralité, en une subjectivité à la rencontre de la folie, de la féminité et du silence. La mise en avant de ces trois « sujets » déplace la notion de subjectivité dans un lieu où le sujet de la voix se révèle comme une ouverture vers l’infini. Cet infini du sujet proposé par l’écriture de Duras génère une modernité du dire. Le rythme de la voix prendra sa place dans cette modernité comme une événementialité du langage où la poétique et la politique de la voix du corps auront trouvé une valeur qui correspondra à cette modernité de l’oralité.

Marguerite Duras relentlessly implements a lively voice which surpasses the system of signs in her writing. This voice, which is indistinguishable from the body in the language, allows the writer to provide an impressive orality, which has been described as “the poetics of the body’s voice” according to Henri Meschonnic. Upon its reflection of five problematic bodily states (utopia, invisibility, disembodiment, errancy and death), the thesis will attempt to explain the relationship between orality and corporality in order to examine the body’s voice transversing negativity of body, via analysis of the rhythm of the voice, which invents a new significance in and by the language. This voice that Duras tries to register in the language is shown through an unknown subject who considers re-examining the idea of orality, subjective to madness, femininity and silence. The question brought forth by these three subjects displaces the notion of subjectivity in a space where subject of the voice is revealed by the opening to infinity. The infinity of subject suggested by Duras’s writing generates a modernity of saying. The rhythm of the voice will take its place in this modernity as an “événementialité” of language where poetics and politics of the body’s voice would find a value which corresponds to this modernity of orality.

Sujet - Nom de personne: Duras Marguerite -- Critique et interprétation Sujet - Nom commun: Voix | Rythme | Corps | Subjectivité Sujet - Forme: Thèses et écrits académiques Sujet - Thésaurus: Duras | Oralité | Corporalité | Modernité

Ressource en ligne: Accès au texte intégral | Cliquez ici


Tags de cette bibliothèque : Pas de tags pour ce titre. Connectez-vous pour ajouter des tags.
Type de document Site actuel Collection Cote Statut Date de retour prévue Code à barres Réservations
Thèse exclue du prêt BU – Saint-Denis
Consultable en ligne
Français - VF Exclu du prêt 479457
Total des réservations: 0

Titre provenant de l'écran-titre

Ecole(s) Doctorale(s) : École doctorale Pratiques et théories du sens (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis)

Partenaire(s) de recherche : Littérature, Histoires, Esthétique (Equipe de recherche)

Autre(s) contribution(s) : Jean-Nicolas Illouz (Président du jury) ; Marie-Hélène Boblet, Florence de Chalonge (Rapporteur(s))

Thèse de doctorat Langues et litteratures francaises Paris 8 2019

Marguerite Duras cherche inlassablement dans son écriture une voix vivante qui débordera le système des signes de la langue. Cette voix, indissociable du corps dans le langage, permet à l’écriture d’acquérir une oralité impressionnante, laquelle se définit comme « la poétique de la voix du corps » selon la formule d’Henri Meschonnic. En s’interrogeant sur cinq modalités problématiques du corps (utopique, invisible, incorporel, errant et mort), la thèse tente de mettre en relation l’oralité et la corporalité afin d’examiner la voix à travers la négativité du corps, tout en analysant le rythme de la voix, lequel invente une nouvelle signifiance dans et par le langage. Cette voix que Duras essaie d’inscrire dans le langage est portée par un sujet inconnu qui s’emploie à questionner d’une manière nouvelle la notion d’oralité, en une subjectivité à la rencontre de la folie, de la féminité et du silence. La mise en avant de ces trois « sujets » déplace la notion de subjectivité dans un lieu où le sujet de la voix se révèle comme une ouverture vers l’infini. Cet infini du sujet proposé par l’écriture de Duras génère une modernité du dire. Le rythme de la voix prendra sa place dans cette modernité comme une événementialité du langage où la poétique et la politique de la voix du corps auront trouvé une valeur qui correspondra à cette modernité de l’oralité.

Marguerite Duras relentlessly implements a lively voice which surpasses the system of signs in her writing. This voice, which is indistinguishable from the body in the language, allows the writer to provide an impressive orality, which has been described as “the poetics of the body’s voice” according to Henri Meschonnic. Upon its reflection of five problematic bodily states (utopia, invisibility, disembodiment, errancy and death), the thesis will attempt to explain the relationship between orality and corporality in order to examine the body’s voice transversing negativity of body, via analysis of the rhythm of the voice, which invents a new significance in and by the language. This voice that Duras tries to register in the language is shown through an unknown subject who considers re-examining the idea of orality, subjective to madness, femininity and silence. The question brought forth by these three subjects displaces the notion of subjectivity in a space where subject of the voice is revealed by the opening to infinity. The infinity of subject suggested by Duras’s writing generates a modernity of saying. The rhythm of the voice will take its place in this modernity as an “événementialité” of language where poetics and politics of the body’s voice would find a value which corresponds to this modernity of orality.

Configuration requise : un logiciel capable de lire un fichier au format : PDF

Il n'y a pas de commentaire pour ce titre.

pour proposer un commentaire.