Vue normale Vue MARC vue ISBD

Vers une rythmique des corps parlants : résonances entre psychanalyse et danse contemporaine / Fabiola Graciele Abadia Borges ; sous la direction de Leandro de Lajonquière et de Ana Maria Loffredo

Auteur principal: Borges, Fabiola Graciele Abadia Co-auteur: Lajonquière, Leandro de (1960-....) ; Loffredo, Ana Maria ; Castilho Romera, Maria Lucia ; Bourgain, Anne (1962-....) ; Paravidini, João Luiz Leitão ; Pirone, Ilaria (1975-....) Collectivité co-auteur: Université de Paris VIII ; Universidade de São Paulo, Brésil ; École doctorale Pratiques et théories du sens, Saint-Denis, Seine-Saint-Denis Langue: portugais ; français ; du résumé, fre ; du résumé, eng.Pays: France.Editeur: 2019Numéro national de thèse: 2019PA080045.Note de thèse: Thèse de doctorat, Sciences de l'education, Paris 8, 2019, Note de thèse: Thèse de doctorat, Sciences de l'education, Universidade de São Paulo (Brésil), 2019, Résumé:

Le corps est le thème central de cette investigation interdisciplinaire dévelopée entre la psychanalyse, référencée surtout dans Freud, Lacan et Dolto, et l’art, notamment la danse contemporaine. L’objectif est d’étudier comment la résonance entre les corps se produit, celle-ci évoquée comme l’adressage qu’un corps parlant fait à d’autres corps parlants, dans le contexte de malentendus propres au langage et ses restes irreprésentables. Par l’investigation des perspectives de corps saisies dans le cadre de la psychanalyse et la danse contemporaine, nous présentons que les deux domaines ont été responsables des opérations de déconstruction de l’individualité corporelle imaginaire, indiquant que le corps ne doit pas être pris comme quelque chose d’hermétiquement fermé sur lui-même, mais comme espace paradoxal pour la danse contemporaine et corps pulsionnel pour la psychanalyse. Ainsi, le corps ne se confond pas avec l’anatomie, ni se délimite par la peau ou l’etendue des mouvements, mais doit être abordé dès sa dimension relationnelle, comme quelque chose qui se construit et s’actualise dans l’espace de l’Autre. Dans cet espace, la psychanalyse évoque les mots et perceptions subtiles, et la danse contemporaine évoque le geste, comme des moyens par lesquels il est possible de reconnaître l’établissement d’un rythme, construit et capté par les corps en état de présence vivante, ouvert à l’imaginaire qui s’articule au symbolique et au réel. Notre thèse est que la résonance entre les corps concerne l’instauration d’une rythmique qui se fait par des moyens subtils, allant de la prosodie de la voix à l’évocation des sens présents dans les gestes, quand adressés à l’Autre.

The body is the central theme of this interdisciplinary investigation between psychoanalysis, mainly referenced in Freud, Lacan and Dolto, and art, more specifically, contemporary dance. The objective here is to investigate how the resonance between bodies is processed. The term resonance is evoked in reference to the addressing that a talking body makes to others, in the context of the language’s own misunderstandings and its unrepresentable remnants. Through the investigation of the body perspectives learned in the context of psychoanalysis and contemporary dance, we present that both theoretical and practical fields were responsible for deconstruction operations of the imaginary body individuality, indicating that the body should not be taken as something hermetically closed but as a paradoxical space for contemporary dance, and as a pulsional body for psychoanalysis. In this sense, the body is not confused with anatomy nor is it bounded by the skin or range of movement, it must be approached from its relational dimension, as something constructed and renewed in the dynamic space of the Other. In this space, psychoanalysis evokes words and subtle perceptions, and contemporary dance evokes gesture, as a means by which it is possible to recognize the establishment of a rhythm, constructed and captured by bodies that are in a state of living presence, open to the imaginary that articulates to the symbolic and to the real. Thus, our thesis is that the resonance between bodies refers to the instauration of a rhythm that is processed by subtle means, that range from prosody to the evocation of senses present in gestures, when addressed to the Other.

Sujet - Nom commun: Danse contemporaine | Psychanalyse et arts | Schéma corporel | Gestes | Rythme Sujet - Forme: Thèses et écrits académiques Sujet - Thésaurus: Corps | Psychanalyse | Danse Contemporaine | Geste

Ressource en ligne: Accès au texte intégral | Cliquez ici


Tags de cette bibliothèque : Pas de tags pour ce titre. Connectez-vous pour ajouter des tags.
Type de document Site actuel Collection Cote Statut Date de retour prévue Code à barres Réservations
Thèse exclue du prêt BU – Saint-Denis
Consultable en ligne
Sciences éducation - K Exclu du prêt 479248
Total des réservations: 0

Thèse soutenue en co-tutelle

Titre provenant de l'écran-titre

Ecole(s) Doctorale(s) : École doctorale Pratiques et théories du sens (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis)

Partenaire(s) de recherche : Centre interdisciplinaire de recherche culture, éducation, formation, travail (Equipe de recherche)

Autre(s) contribution(s) : Maria Lucia Castilho Romera (Président du jury) ; Ana Maria Loffredo, Ilaria Pirone (Membre(s) du jury) ; Anne Bourgain, João Luiz Leitão Paravidini (Rapporteur(s))

Thèse de doctorat Sciences de l'education Paris 8 2019

Thèse de doctorat Sciences de l'education Universidade de São Paulo (Brésil) 2019

Le corps est le thème central de cette investigation interdisciplinaire dévelopée entre la psychanalyse, référencée surtout dans Freud, Lacan et Dolto, et l’art, notamment la danse contemporaine. L’objectif est d’étudier comment la résonance entre les corps se produit, celle-ci évoquée comme l’adressage qu’un corps parlant fait à d’autres corps parlants, dans le contexte de malentendus propres au langage et ses restes irreprésentables. Par l’investigation des perspectives de corps saisies dans le cadre de la psychanalyse et la danse contemporaine, nous présentons que les deux domaines ont été responsables des opérations de déconstruction de l’individualité corporelle imaginaire, indiquant que le corps ne doit pas être pris comme quelque chose d’hermétiquement fermé sur lui-même, mais comme espace paradoxal pour la danse contemporaine et corps pulsionnel pour la psychanalyse. Ainsi, le corps ne se confond pas avec l’anatomie, ni se délimite par la peau ou l’etendue des mouvements, mais doit être abordé dès sa dimension relationnelle, comme quelque chose qui se construit et s’actualise dans l’espace de l’Autre. Dans cet espace, la psychanalyse évoque les mots et perceptions subtiles, et la danse contemporaine évoque le geste, comme des moyens par lesquels il est possible de reconnaître l’établissement d’un rythme, construit et capté par les corps en état de présence vivante, ouvert à l’imaginaire qui s’articule au symbolique et au réel. Notre thèse est que la résonance entre les corps concerne l’instauration d’une rythmique qui se fait par des moyens subtils, allant de la prosodie de la voix à l’évocation des sens présents dans les gestes, quand adressés à l’Autre.

The body is the central theme of this interdisciplinary investigation between psychoanalysis, mainly referenced in Freud, Lacan and Dolto, and art, more specifically, contemporary dance. The objective here is to investigate how the resonance between bodies is processed. The term resonance is evoked in reference to the addressing that a talking body makes to others, in the context of the language’s own misunderstandings and its unrepresentable remnants. Through the investigation of the body perspectives learned in the context of psychoanalysis and contemporary dance, we present that both theoretical and practical fields were responsible for deconstruction operations of the imaginary body individuality, indicating that the body should not be taken as something hermetically closed but as a paradoxical space for contemporary dance, and as a pulsional body for psychoanalysis. In this sense, the body is not confused with anatomy nor is it bounded by the skin or range of movement, it must be approached from its relational dimension, as something constructed and renewed in the dynamic space of the Other. In this space, psychoanalysis evokes words and subtle perceptions, and contemporary dance evokes gesture, as a means by which it is possible to recognize the establishment of a rhythm, constructed and captured by bodies that are in a state of living presence, open to the imaginary that articulates to the symbolic and to the real. Thus, our thesis is that the resonance between bodies refers to the instauration of a rhythm that is processed by subtle means, that range from prosody to the evocation of senses present in gestures, when addressed to the Other.

Configuration requise : un logiciel capable de lire un fichier au format : PDF

Il n'y a pas de commentaire pour ce titre.

pour proposer un commentaire.