Vue normale Vue MARC vue ISBD

Spinoza's substance monism contextualized / John Jack Roger Stetter ; sous la direction de Charles Ramond

Auteur principal: Stetter, John Jack Roger Co-auteur: Ramond, Charles (1957-....) ; Ong-Van-Cung, Kim Sang (1964-....) ; Smith, Justin, philosophe (19..-....) ; Debuiche, Valérie (1973-....) Collectivité co-auteur: Université de Paris VIII ; École doctorale Pratiques et théories du sens, Saint-Denis, Seine-Saint-Denis Langue: français ; du résumé, fre ; du résumé, eng.Pays: France.Editeur: 2019Numéro national de thèse: 2019PA080042.Note de thèse: Thèse de doctorat, Philosophie, Paris 8, 2019, Résumé:

L'adhésion de Spinoza à la doctrine du monisme de la substance constitue le fondement de sa philosophie. Cependant, la manière dont nous pouvons comprendre cette doctrine est loin d'être évidente. Les problèmes dans son interprétation comprennent la difficulté à caractériser le rapport entre la substance et ses modes, la validité de l’argument spinoziste pour établir le monisme, et la cohérence de maintenir qu’il peut y avoir des idées fausses alors que toute idée est en Dieu.Nous soutenons ici que l’examen du contexte philosophique de l’élaboration du monisme de la substance et l’examen des contextes philosophiques entourant la réception du monisme de Spinoza, particulièrement en langue anglaise, fournissent des ressources importantes pour résoudre les difficultés susmentionnées. En effet, la réception de Spinoza en langue anglaise a été très peu étudiée jusqu’à présent. Or la réception de Spinoza en langue anglaise passe principalement par les controverses qui entourent la doctrine du monisme de la substance.Nous commençons en analysant la notion de substance dans le cadre aristotélicien, et nous montrons comment le pluralisme des substances a été progressivement fragilisé avant Spinoza. Après avoir ensuite inspecté l'argument spinoziste pour le monisme, nous analysons des interprétations du monisme avancées par ses premiers commentateurs, tels que F. Lamy. Par la suite, nous développons une historiographie inédite de la réception de Spinoza en langue anglaise et nous mettons en évidence les ressources fournies par ses commentateurs anglophones pour résoudre des difficultés interprétatives dans la théorie spinoziste du monisme de la substance.

Spinoza’s substance monism constitutes the bedrock of Spinoza’s philosophy as put forth in the Ethics. As the record shows, it is not evident how we are to make sense of the details of the Spinozistic view. Difficulties in its interpretation include characterizing the relationship between substance and mode, assessing the validity of the argument for substance monism, and conceiving how there can be “inadequate” ideas if all ideas are in God.Resources for addressing the above-mentioned interpretative difficulties are yielded by an inquiry into the philosophical contexts underlying both the elaboration of the doctrine of substance monism as well as various prominent reactions to Spinoza’s monistic position, particularly in the English-language literature. Indeed, English-language Spinoza commentators have been overwhelmingly drawn to discuss Spinoza’s metaphysics, yet little research on the history of Spinozism in English has been undertaken.Thus, I begin with an inspection of the notion of substance in the Aristotelian context to which Spinoza is heir. This discussion is framed around a reading of Aristotle’s Categories and an assessment of Aristotle’s views on substance, along with a reconstruction of Descartes’ views on substance as put forth in the Meditations and the Principles of Philosophy. After then discussing Spinoza’s argument for monism, I analyze several interpretations of his first readers, such as F. Lamy, before proposing a new historiography of Spinoza scholarship and reactions to Spinoza’s substance monism in the English-speaking world, such as found in the work of Coleridge or the British Idealists.

Sujet - Nom de personne: Spinoza Baruch | Descartes René Sujet - Nom commun: Philosophie moderne | Substance (philosophie) | Monisme Sujet - Forme: Thèses et écrits académiques Sujet - Thésaurus: Spinoza | Substance | Descartes | François Lamy | Samuel Taylor Coleridge | Harold H. Joachim

Ressource en ligne: Accès réservé au texte intégral


Tags de cette bibliothèque : Pas de tags pour ce titre. Connectez-vous pour ajouter des tags.
Type de document Site actuel Collection Cote Statut Date de retour prévue Code à barres Réservations
Thèse exclue du prêt BU – Saint-Denis
Consultable en ligne
Philosophie - B Exclu du prêt 479173
Total des réservations: 0

Titre provenant de l'écran-titre

Ecole(s) Doctorale(s) : École doctorale Pratiques et théories du sens (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis)

Partenaire(s) de recherche : Laboratoires d'études et de recherches sur les logiques contemporaines de la philosophie (Equipe de recherche)

Autre(s) contribution(s) : Kim Sang Ong-Van-Cung (Président du jury) ; Valérie Debuiche (Membre(s) du jury) ; Justin Smith (Rapporteur(s))

Thèse de doctorat Philosophie Paris 8 2019

L'adhésion de Spinoza à la doctrine du monisme de la substance constitue le fondement de sa philosophie. Cependant, la manière dont nous pouvons comprendre cette doctrine est loin d'être évidente. Les problèmes dans son interprétation comprennent la difficulté à caractériser le rapport entre la substance et ses modes, la validité de l’argument spinoziste pour établir le monisme, et la cohérence de maintenir qu’il peut y avoir des idées fausses alors que toute idée est en Dieu.Nous soutenons ici que l’examen du contexte philosophique de l’élaboration du monisme de la substance et l’examen des contextes philosophiques entourant la réception du monisme de Spinoza, particulièrement en langue anglaise, fournissent des ressources importantes pour résoudre les difficultés susmentionnées. En effet, la réception de Spinoza en langue anglaise a été très peu étudiée jusqu’à présent. Or la réception de Spinoza en langue anglaise passe principalement par les controverses qui entourent la doctrine du monisme de la substance.Nous commençons en analysant la notion de substance dans le cadre aristotélicien, et nous montrons comment le pluralisme des substances a été progressivement fragilisé avant Spinoza. Après avoir ensuite inspecté l'argument spinoziste pour le monisme, nous analysons des interprétations du monisme avancées par ses premiers commentateurs, tels que F. Lamy. Par la suite, nous développons une historiographie inédite de la réception de Spinoza en langue anglaise et nous mettons en évidence les ressources fournies par ses commentateurs anglophones pour résoudre des difficultés interprétatives dans la théorie spinoziste du monisme de la substance.

Spinoza’s substance monism constitutes the bedrock of Spinoza’s philosophy as put forth in the Ethics. As the record shows, it is not evident how we are to make sense of the details of the Spinozistic view. Difficulties in its interpretation include characterizing the relationship between substance and mode, assessing the validity of the argument for substance monism, and conceiving how there can be “inadequate” ideas if all ideas are in God.Resources for addressing the above-mentioned interpretative difficulties are yielded by an inquiry into the philosophical contexts underlying both the elaboration of the doctrine of substance monism as well as various prominent reactions to Spinoza’s monistic position, particularly in the English-language literature. Indeed, English-language Spinoza commentators have been overwhelmingly drawn to discuss Spinoza’s metaphysics, yet little research on the history of Spinozism in English has been undertaken.Thus, I begin with an inspection of the notion of substance in the Aristotelian context to which Spinoza is heir. This discussion is framed around a reading of Aristotle’s Categories and an assessment of Aristotle’s views on substance, along with a reconstruction of Descartes’ views on substance as put forth in the Meditations and the Principles of Philosophy. After then discussing Spinoza’s argument for monism, I analyze several interpretations of his first readers, such as F. Lamy, before proposing a new historiography of Spinoza scholarship and reactions to Spinoza’s substance monism in the English-speaking world, such as found in the work of Coleridge or the British Idealists.

Il n'y a pas de commentaire pour ce titre.

pour proposer un commentaire.