Vue normale Vue MARC vue ISBD

Architecture et déconstruction, remises en jeu d'une rencontre : raconter, traduire, hériter / Céline Bodart ; sous la direction de Chris Younès et de Stéphane Dawans

Auteur principal: Bodart, Céline Co-auteur: Younès, Chris (1946-....) ; Dawans, Stéphane (1962-....) ; Vanderburgh, David John Theodor ; Bonzani, Stéphane (1975-....) ; Steinmetz, Rudy (1958-....) ; Heynen, Hilde (1959-....) Collectivité co-auteur: Université de Paris VIII ; Université de Liège ; École doctorale Pratiques et théories du sens, Saint-Denis, Seine-Saint-Denis Langue: français ; du résumé, fre ; du résumé, eng.Pays: France.Editeur: 2018Numéro national de thèse: 2018PA080112.Note de thèse: Thèse de doctorat, Architecture, Paris 8, 2018, Note de thèse: Thèse de doctorat, Architecture, Université de Liège, 2018, Résumé:

Cette thèse s'adresse à un domaine de recherche nommé "architecture et philosophie". La spécificité de ce domaine s'inscrit dans la question d'une coordination possible entre ces deux disciplines. Afin de mieux comprendre ce à quoi tient ce "et", nous proposons de revenir sur un épisode singulier de son histoire: la rencontre entre la déconstruction derridienne et la culture architecturale anglo-américaine de la seconde moitié du 20e siècle. Trois parties composent la restitution de cette recherche. Premièrement, il s'agit d'étudier comment se raconte cette rencontre depuis différentes situations d'énonciation (anglo-américaine et francophone), afin de mettre en avant comment des réceptions et appropriations culturelles variées conditionnent des poursuites théoriques spécifiques. D'un milieu à l'autre, entre les versions d'une même histoire, il y a de l'écart. L'objet principal de la thèse est alors d'investir l'écart entre ces versions par la mise en traduction de certaines traces de son histoire (Wigley 1993; Kipnis 1997). La seconde partie propose d'expérimenter comment traduire aujourd'hui en français ce qu'ont produit les Derridean years de l'architecture. Enfin, il s'agit de reconsidérer l'héritage de cette rencontre comme un problème à construire, en vue de remettre en jeu l'histoire longue et oscillante de l'hospitalité des discours de l'architecture. Cette thèse est une focale construite sur un épisode de l'histoire récente. En proposant d'en expérimenter de nouveaux modes d'énonciation, nous soutenons l'hypothèse que ces modes spécifiques permettent de transformer et ré-engager notre attention sur les conditions de rencontre entre architecture et philosophie.

This thesis addresses a field of research named "architecture and philosophy". The specificity of this field is related to the question of a possible coordination between these two disciplines. In order to better understand what this "and" holds, we propose to return to a singular episode in its history: the encounter between the Derridean deconstruction and the Anglo-American architectural culture of the second half of the 20th century. The restitution of this research is composed of three parts. First, we study how this encounter is recounted trough different institutional and intellectual contexts (Anglo-American and French speaking contexts), in order to highlight how various cultural receptions and appropriations condition specific theoretical pursuits. From one context to another, between versions of a same story, there is a gap. The main purpose of the thesis is to invest such a gap between these versions by putting in translation some traces of its history (Wigley 1993, Kipnis 1997). The second part proposes to experiment how to translate today into French what the Derridean years of architecture produced. Finally, it is a question of reconsidering the inheritance of this encounter as a problem to build, in order to put into play the long and oscillating history of the hospitality of architectural discourses. This thesis is a focal point built on an episode of recent history. By proposing to experiment with new modes of recounting, we support the hypothesis that these specific modes make it possible to transform

Sujet - Nom de personne: Eisenman Peter | Derrida Jacques Sujet - Nom commun: Déconstruction | Architecture -- Philosophie | Traduction Sujet - Forme: Thèses et écrits académiques Sujet - Thésaurus: Théorie architecturale | Derrida | Eisenman | Interdisciplinarité | Chora L Works

Ressource en ligne: Accès réservé au texte intégral


Tags de cette bibliothèque : Pas de tags pour ce titre. Connectez-vous pour ajouter des tags.
Type de document Site actuel Collection Cote Statut Date de retour prévue Code à barres Réservations
Thèse exclue du prêt BU – Saint-Denis
Consultable en ligne
Arts plastiques - SA Exclu du prêt 478902
Total des réservations: 0

Thèse soutenue en co-tutelle

Titre provenant de l'écran-titre

Ecole(s) Doctorale(s) : École doctorale Pratiques et théories du sens (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis)

Autre(s) contribution(s) : David John Theodor Vanderburgh (Président du jury) ; Rudy Steinmetz, Hilde Heynen (Membre(s) du jury) ; Stéphane Bonzani (Rapporteur(s))

Thèse de doctorat Architecture Paris 8 2018

Thèse de doctorat Architecture Université de Liège 2018

Cette thèse s'adresse à un domaine de recherche nommé "architecture et philosophie". La spécificité de ce domaine s'inscrit dans la question d'une coordination possible entre ces deux disciplines. Afin de mieux comprendre ce à quoi tient ce "et", nous proposons de revenir sur un épisode singulier de son histoire: la rencontre entre la déconstruction derridienne et la culture architecturale anglo-américaine de la seconde moitié du 20e siècle. Trois parties composent la restitution de cette recherche. Premièrement, il s'agit d'étudier comment se raconte cette rencontre depuis différentes situations d'énonciation (anglo-américaine et francophone), afin de mettre en avant comment des réceptions et appropriations culturelles variées conditionnent des poursuites théoriques spécifiques. D'un milieu à l'autre, entre les versions d'une même histoire, il y a de l'écart. L'objet principal de la thèse est alors d'investir l'écart entre ces versions par la mise en traduction de certaines traces de son histoire (Wigley 1993; Kipnis 1997). La seconde partie propose d'expérimenter comment traduire aujourd'hui en français ce qu'ont produit les Derridean years de l'architecture. Enfin, il s'agit de reconsidérer l'héritage de cette rencontre comme un problème à construire, en vue de remettre en jeu l'histoire longue et oscillante de l'hospitalité des discours de l'architecture. Cette thèse est une focale construite sur un épisode de l'histoire récente. En proposant d'en expérimenter de nouveaux modes d'énonciation, nous soutenons l'hypothèse que ces modes spécifiques permettent de transformer et ré-engager notre attention sur les conditions de rencontre entre architecture et philosophie.

This thesis addresses a field of research named "architecture and philosophy". The specificity of this field is related to the question of a possible coordination between these two disciplines. In order to better understand what this "and" holds, we propose to return to a singular episode in its history: the encounter between the Derridean deconstruction and the Anglo-American architectural culture of the second half of the 20th century. The restitution of this research is composed of three parts. First, we study how this encounter is recounted trough different institutional and intellectual contexts (Anglo-American and French speaking contexts), in order to highlight how various cultural receptions and appropriations condition specific theoretical pursuits. From one context to another, between versions of a same story, there is a gap. The main purpose of the thesis is to invest such a gap between these versions by putting in translation some traces of its history (Wigley 1993, Kipnis 1997). The second part proposes to experiment how to translate today into French what the Derridean years of architecture produced. Finally, it is a question of reconsidering the inheritance of this encounter as a problem to build, in order to put into play the long and oscillating history of the hospitality of architectural discourses. This thesis is a focal point built on an episode of recent history. By proposing to experiment with new modes of recounting, we support the hypothesis that these specific modes make it possible to transform

Il n'y a pas de commentaire pour ce titre.

pour proposer un commentaire.