Vue normale Vue MARC vue ISBD

Des œuvres éphémères devenues mémorables : modalités et enjeux d'une transmission fragile / Gaelle Periot-Bled ; sous la direction de Catherine Perret

Auteur principal: Periot-Bled, Gaelle Co-auteur: Perret, Catherine (1956-....) ; Mavridorakis, Valérie ; Sermon, Julie (1978-....) ; Antoine, Jean-Philippe ; Bréaud, Ondine Collectivité co-auteur: Université de Paris VIII ; École doctorale Esthétique, sciences et technologie des arts, Saint-Denis, Seine-Saint-Denis Langue: français ; du résumé, fre ; du résumé, eng.Pays: France.Editeur: 2018Numéro national de thèse: 2018PA080107.Note de thèse: Thèse de doctorat, Esthétique, Paris 8, 2018, Résumé:

Ce travail de recherche part de la description d’événements artistiquescontemporains, réexposant ou rejouant des oeuvres éphémères du passé, afin d’analyser lesmodalités de leur transmission. Dans un premier moment, il s’agit de montrer que l’éphémèreopère une réduction temporelle qui met en crise une conception de l’oeuvre que la tradition desarts plastiques a fondée sur la conservation de l’objet et de la trace. Or, lorsque les oeuvreséphémères nous sont données a posteriori, dans le corps du vestige ou de l’archive, la questionest de savoir si leur reconnaissance par l’institution ne coïncide pas avec l’inexorable perte deleur discours. Dans son second moment, ce travail cherche à mettre en évidence une modalitéessentielle de la transmission que les oeuvres éphémères ont contribué à inscrire dans lespratiques : une forme de théâtralité dont les signes manifestes sont la requalification du muséecomme scène et du commissaire comme scénographe et metteur en scène. Plus profondément,cette modalité révèle un nouvel ethos né de la relation fragile entre l’oeuvre et des spectateursdevenus témoins. Car le devenir des oeuvres éphémères se fonde sur la conversion d’uneémotion mémorable en devoir de transmettre. C’est à la mise au jour de cette opération que cetravail doctoral se consacre finalement, pour montrer comment le devenir mémorable engagetoujours un sens de la communauté humaine.

This research work starts from the description of contemporary artistic events, reexposingor replaying ephemeral mankind's past achievements, in order to analyse the modalitiesof their transmission. In a first moment, it is intended to show that the ephemeral carries out atime-based reduction that puts in crisis a conception of the work of art that the tradition of thevisual arts has founded on object and trace conservation. However, when ephemeral worksreach us a posteriori, in the frame of the vestige or archive material, the question is to know iftheir recognition by the institution does not coincide with the inexorable loss of their speech.In its second moment, this work seeks to highlight a key modality for transmission thatephemeral works have contributed to graft onto established practices : a type of theatricalpresence the obvious signs of which being the requalification of the museum as a stage and ofthe curator as a set designer and stage manager. At a deeper level, this modality reveals a newethos arising out of the fragile relationship between the work and spectators having becomewitnesses. For, the destiny of ephemeral works is based on the conversion of an unforgettableemotion into a duty of transmission. It is with the updating of this operation that this doctoralwork is ultimately devoted to, to show how the memorable becoming always engages a sense of thehuman community.

Sujet - Nom commun: Art éphémère | Diffusion de la culture | Empreinte (art) | Mémoire visuelle | Reliques Sujet - Forme: Thèses et écrits académiques Sujet - Thésaurus: Œuvres | Mémorabilité | Éphémères | Transmission | Vestige | Relique | Archive | Scène

Ressource en ligne: Accès réservé au texte intégral


Tags de cette bibliothèque : Pas de tags pour ce titre. Connectez-vous pour ajouter des tags.
Type de document Site actuel Collection Cote Statut Date de retour prévue Code à barres Réservations
Thèse exclue du prêt BU – Saint-Denis
Consultable en ligne
Arts plastiques - SA Exclu du prêt 478254
Total des réservations: 0

Titre provenant de l'écran-titre

Ecole(s) Doctorale(s) : École doctorale Esthétique, sciences et technologie des arts (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis)

Partenaire(s) de recherche : Arts des images et art contemporain (Equipe de recherche)

Autre(s) contribution(s) : Valérie Mavridorakis (Président du jury) ; Julie Sermon, Jean-Philippe Antoine, Ondine Bréaud (Membre(s) du jury)

Thèse de doctorat Esthétique Paris 8 2018

Ce travail de recherche part de la description d’événements artistiquescontemporains, réexposant ou rejouant des oeuvres éphémères du passé, afin d’analyser lesmodalités de leur transmission. Dans un premier moment, il s’agit de montrer que l’éphémèreopère une réduction temporelle qui met en crise une conception de l’oeuvre que la tradition desarts plastiques a fondée sur la conservation de l’objet et de la trace. Or, lorsque les oeuvreséphémères nous sont données a posteriori, dans le corps du vestige ou de l’archive, la questionest de savoir si leur reconnaissance par l’institution ne coïncide pas avec l’inexorable perte deleur discours. Dans son second moment, ce travail cherche à mettre en évidence une modalitéessentielle de la transmission que les oeuvres éphémères ont contribué à inscrire dans lespratiques : une forme de théâtralité dont les signes manifestes sont la requalification du muséecomme scène et du commissaire comme scénographe et metteur en scène. Plus profondément,cette modalité révèle un nouvel ethos né de la relation fragile entre l’oeuvre et des spectateursdevenus témoins. Car le devenir des oeuvres éphémères se fonde sur la conversion d’uneémotion mémorable en devoir de transmettre. C’est à la mise au jour de cette opération que cetravail doctoral se consacre finalement, pour montrer comment le devenir mémorable engagetoujours un sens de la communauté humaine.

This research work starts from the description of contemporary artistic events, reexposingor replaying ephemeral mankind's past achievements, in order to analyse the modalitiesof their transmission. In a first moment, it is intended to show that the ephemeral carries out atime-based reduction that puts in crisis a conception of the work of art that the tradition of thevisual arts has founded on object and trace conservation. However, when ephemeral worksreach us a posteriori, in the frame of the vestige or archive material, the question is to know iftheir recognition by the institution does not coincide with the inexorable loss of their speech.In its second moment, this work seeks to highlight a key modality for transmission thatephemeral works have contributed to graft onto established practices : a type of theatricalpresence the obvious signs of which being the requalification of the museum as a stage and ofthe curator as a set designer and stage manager. At a deeper level, this modality reveals a newethos arising out of the fragile relationship between the work and spectators having becomewitnesses. For, the destiny of ephemeral works is based on the conversion of an unforgettableemotion into a duty of transmission. It is with the updating of this operation that this doctoralwork is ultimately devoted to, to show how the memorable becoming always engages a sense of thehuman community.

Il n'y a pas de commentaire pour ce titre.

pour proposer un commentaire.