Vue normale Vue MARC vue ISBD

La question graphique chez Jean-Luc Godard : typographie, montage et mise en page : avec Maximilien Vox, Marguerite Duras et Jean-Christophe Averty / Paule Palacios-Dalens ; sous la direction de Jean-Louis Boissier et de Catherine de Smet

Auteur principal: Palacios-Dalens, Paule Co-auteur: Boissier, Jean-Louis (1945-....) ; Smet, Catherine de (1959-....) ; Parfait, Françoise (1954-....) ; Witt, Michael (19..-....) ; Aumont, Jacques (1942-....) Collectivité co-auteur: Université de Paris VIII ; École doctorale Esthétique, sciences et technologie des arts, Saint-Denis, Seine-Saint-Denis Langue: français ; du résumé, fre ; du résumé, eng.Pays: France.Editeur: 2019Numéro national de thèse: 2019PA080007.Note de thèse: Thèse de doctorat, Arts plastiques et Photographie, Paris 8, 2019, Résumé:

Dans les films de Jean-Luc Godard, l’écrit est omniprésent. L’hypothèsedéveloppée ici est que le livre se perpétue et se réinvente au cinéma.La mise en page, et singulièrement la typographie, est le moyen privilégiépour le cinéaste d’interroger et éprouver les rapports paradoxaux du texteet de l’image. Dans les voies ouvertes par lui et dans une perspectiveméthodologique comparatiste, j’étaye mes intuitions, hypothèses etdémonstrations sur mon expérience de praticien-chercheur dans le champgraphique, en me fondant sur la démarche inductive qu’offrentles rapprochements d’images et de textes.Mon corpus d’études s’ordonne autour de trois figures : Maximilien Vox(1894-1974), l’homme-livre et l’homme du livre ; Marguerite Duras (1914-1996), cinéaste, comme dépositaire d’une certaine idée de la France et deses courants de création, et Jean-Christophe Averty (1928-2017), metteuren page de télévision. La distinction normative entre télévision et cinéman’a pas favorisé un réel dialogue entre Godard et Averty. En dépit de leursantagonismes notoires, esthétiques et politiques, elle fait écran à leurproximité, pourtant la plus surprenante et profonde, dans le champ d’étudeexaminé.Au prisme du graphisme, perspectives et proportions de l’oeuvre deGodard s’affranchissent du seul regard des études cinématographiques.Le rapprochement des différents champs de l’esthétique — histoires ducinéma, design graphique ou télévision — établissent combien Godard, touten étant « le cinéma à lui tout seul », est un héritier de la page impriméeet son prolongateur, de l’imprimé à la vidéo.

In Jean-Luc Godard’s films, the written word is omnipresent. The hypothesisdeveloped here is that the book is perpetuated and reinvented in thecinema. The layout, and especially the typography, is the privileged way forthe filmmaker to question and experience the paradoxical relationshipsbetween text and image. In the ways opened by him and from a comparativemethodological perspective, I support my intuitions, hypotheses anddemonstrations on my experience as a practitioner-researcher in the graphicfield, based on the inductive approach offered by the confrontation ofimages and texts.My body of studies is organized around three figures : Maximilien Vox(1894-1974), the man of the book in France ; Marguerite Duras (1914-1996),filmmaker, depositary of a certain idea of France and its creative currents,and Jean-Christophe Averty (1928-2017), television layout maker. Thenormative distinction between television and cinema has not fostered a realdialogue between Godard and Averty. Despite their notorious aesthetic andpolitical antagonisms, it conceals their proximity, even though it is the mostsurprising and profound, in the field of study examined.Through the prism of graphic design, perspectives and proportions ofGodard’s work are free from the sole gaze of film studies. The convergenceof the different fields of aesthetics – history of cinéma, graphic design ortelevision — establish how much Godard, while being « the cinema all alone »,is an heir to the printed page and an extender, from print to video.

Sujet - Nom de personne: Godard Jean-Luc | Vox Maximilien | Averty Jean-Christophe Sujet - Nom commun: Typographie | Mise en page et typographie Sujet - Forme: Thèses et écrits académiques Sujet - Thésaurus: Mise en page | Jean-Luc Godard | Maximilien Vox | Graphisme

Ressource en ligne: Accès réservé au texte intégral


Tags de cette bibliothèque : Pas de tags pour ce titre. Connectez-vous pour ajouter des tags.
Type de document Site actuel Collection Cote Statut Date de retour prévue Code à barres Réservations
Thèse exclue du prêt BU – Saint-Denis
Consultable en ligne
Arts plastiques - SA Exclu du prêt 477936
Total des réservations: 0

Titre provenant de l'écran-titre

Ecole(s) Doctorale(s) : École doctorale Esthétique, sciences et technologie des arts (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis)

Partenaire(s) de recherche : Arts des images et art contemporain (Equipe de recherche)

Autre(s) contribution(s) : Françoise Parfait (Président du jury) ; Jacques Aumont (Membre(s) du jury) ; Michael Witt (Rapporteur(s))

Thèse de doctorat Arts plastiques et Photographie Paris 8 2019

Dans les films de Jean-Luc Godard, l’écrit est omniprésent. L’hypothèsedéveloppée ici est que le livre se perpétue et se réinvente au cinéma.La mise en page, et singulièrement la typographie, est le moyen privilégiépour le cinéaste d’interroger et éprouver les rapports paradoxaux du texteet de l’image. Dans les voies ouvertes par lui et dans une perspectiveméthodologique comparatiste, j’étaye mes intuitions, hypothèses etdémonstrations sur mon expérience de praticien-chercheur dans le champgraphique, en me fondant sur la démarche inductive qu’offrentles rapprochements d’images et de textes.Mon corpus d’études s’ordonne autour de trois figures : Maximilien Vox(1894-1974), l’homme-livre et l’homme du livre ; Marguerite Duras (1914-1996), cinéaste, comme dépositaire d’une certaine idée de la France et deses courants de création, et Jean-Christophe Averty (1928-2017), metteuren page de télévision. La distinction normative entre télévision et cinéman’a pas favorisé un réel dialogue entre Godard et Averty. En dépit de leursantagonismes notoires, esthétiques et politiques, elle fait écran à leurproximité, pourtant la plus surprenante et profonde, dans le champ d’étudeexaminé.Au prisme du graphisme, perspectives et proportions de l’oeuvre deGodard s’affranchissent du seul regard des études cinématographiques.Le rapprochement des différents champs de l’esthétique — histoires ducinéma, design graphique ou télévision — établissent combien Godard, touten étant « le cinéma à lui tout seul », est un héritier de la page impriméeet son prolongateur, de l’imprimé à la vidéo.

In Jean-Luc Godard’s films, the written word is omnipresent. The hypothesisdeveloped here is that the book is perpetuated and reinvented in thecinema. The layout, and especially the typography, is the privileged way forthe filmmaker to question and experience the paradoxical relationshipsbetween text and image. In the ways opened by him and from a comparativemethodological perspective, I support my intuitions, hypotheses anddemonstrations on my experience as a practitioner-researcher in the graphicfield, based on the inductive approach offered by the confrontation ofimages and texts.My body of studies is organized around three figures : Maximilien Vox(1894-1974), the man of the book in France ; Marguerite Duras (1914-1996),filmmaker, depositary of a certain idea of France and its creative currents,and Jean-Christophe Averty (1928-2017), television layout maker. Thenormative distinction between television and cinema has not fostered a realdialogue between Godard and Averty. Despite their notorious aesthetic andpolitical antagonisms, it conceals their proximity, even though it is the mostsurprising and profound, in the field of study examined.Through the prism of graphic design, perspectives and proportions ofGodard’s work are free from the sole gaze of film studies. The convergenceof the different fields of aesthetics – history of cinéma, graphic design ortelevision — establish how much Godard, while being « the cinema all alone »,is an heir to the printed page and an extender, from print to video.

Il n'y a pas de commentaire pour ce titre.

pour proposer un commentaire.