Vue normale Vue MARC vue ISBD

Un tout petit monde : les réseaux grecs dans l'Antiquité / Irad Malkin ; traduit par Julie Delamard

Autre édition sur un support différent: Un tout petit monde / Irad Malkin, 233393129Est une traduction de: A small Greek worldAuteur principal: Malkin, Irad (1951-....) Auteur: Delamard, Julie, traductrice Langue: français ; de l'œuvre originale, anglais.Pays: France.Editeur: Paris : les Belles Lettres, DL 2018Description: 1 vol. (388 p.) ; 22 cmISBN: 978-2-251-44812-1. Localiser ce document dans le SUDOC Collection: Mondes anciens, 6Résumé:

La 4ème de couv. indique : "La civilisation grecque a émergé à partir du moment où les Grecs se séparaient les uns des autres et s'installaient loin de la Grèce continentale, jusque sur les rivages de la mer Noire et de la péninsule Ibérique. C'était là une diaspora sans foyer d'origine, puisqu'il n'y avait pas d'empire grec ou de centre grec établi qui aurait dirigé la création de ces centaines communautés. Une fois dispersés, au lieu de s'assimiler er de s'orienter vers leurs nouveaux environnements, ces Grecs continuèrent à se référer les uns aux autres à travers la Méditerranée et la mer Noire tout en cristallisant par là même leurs points communs et leur identité collective. A terme, les communautés grecques finirent par se ressembler entre elles bien plus qu'à aucun de leurs voisins étrusques, scythes ou lybiens. Dans ce nouvel ouvrage, Irad Malkin emploie les concepts de la théorie des réseaux pour rendre compte de manière originale de l'essor de la civilisation grecque au cours de la période archaïque. Les dynamiques de connectivité des réseaux actuels tels que l'Internet, qui tient très peu compte des délimitations traditionnelles, sont remarquablement similaires aux réseaux de colonisation, de commerce, d'art et de cultes religieux de la Méditerranée archaïque. Ces liens, à la fois pensés et fortuits, réduisirent rapidement la distance qui séparait les noeuds du réseau grec, faisant de la vaste Méditerranée et de la mer Noire un "petit monde". Offrant une contribution majeure à un courant en plein essor de la recherche en Histoire, "Un tout petit monde" permet de dépasser le traditionnel modèle centre-périphérie de l'expansion grecque"

Bibliographie: Bibliogr. p. [311]-361. Notes bibliogr. Index.Sujet - Nom commun: Grecs -- Colonisation -- Méditerranée (région) -- Antiquité | Civilisation -- Méditerranée (région) -- Influence grecque | Civilisation -- Grèce -- Jusqu'à 146 av. J.-C


Ce document apparaît dans la/les liste(s) : Histoire-Agreg-2022/2023-Question ancienne
Tags de cette bibliothèque : Pas de tags pour ce titre. Connectez-vous pour ajouter des tags.
Type de document Site actuel Collection Cote Statut Date de retour prévue Code à barres Réservations
Livre empruntable BU – Saint-Denis
Salle violette
Histoire - Y 938 MAL (Parcourir l'étagère (Ouvrir ci-dessous)) Disponible 025712719
Total des réservations: 0

Bibliogr. p. [311]-361. Notes bibliogr. Index

La 4ème de couv. indique : "La civilisation grecque a émergé à partir du moment où les Grecs se séparaient les uns des autres et s'installaient loin de la Grèce continentale, jusque sur les rivages de la mer Noire et de la péninsule Ibérique. C'était là une diaspora sans foyer d'origine, puisqu'il n'y avait pas d'empire grec ou de centre grec établi qui aurait dirigé la création de ces centaines communautés. Une fois dispersés, au lieu de s'assimiler er de s'orienter vers leurs nouveaux environnements, ces Grecs continuèrent à se référer les uns aux autres à travers la Méditerranée et la mer Noire tout en cristallisant par là même leurs points communs et leur identité collective. A terme, les communautés grecques finirent par se ressembler entre elles bien plus qu'à aucun de leurs voisins étrusques, scythes ou lybiens. Dans ce nouvel ouvrage, Irad Malkin emploie les concepts de la théorie des réseaux pour rendre compte de manière originale de l'essor de la civilisation grecque au cours de la période archaïque. Les dynamiques de connectivité des réseaux actuels tels que l'Internet, qui tient très peu compte des délimitations traditionnelles, sont remarquablement similaires aux réseaux de colonisation, de commerce, d'art et de cultes religieux de la Méditerranée archaïque. Ces liens, à la fois pensés et fortuits, réduisirent rapidement la distance qui séparait les noeuds du réseau grec, faisant de la vaste Méditerranée et de la mer Noire un "petit monde". Offrant une contribution majeure à un courant en plein essor de la recherche en Histoire, "Un tout petit monde" permet de dépasser le traditionnel modèle centre-périphérie de l'expansion grecque"

Il n'y a pas de commentaire pour ce titre.

pour proposer un commentaire.