Vue normale Vue MARC vue ISBD

Les femmes dans les manades en Camargue : "faire comme un homme " et "garder sa féminité" / Sophie Vignon ; sous la direction de Catherine Louveau

Auteur principal: Vignon, Sophie Auteur: Louveau, Catherine ; Hidri Neys, Oumaya (1979-....) ; Mennesson, Christine (1964-....) ; Hirata, Helena Sumiko ; Zolesio, Emmanuelle (1980-....) Langue: français ; du résumé, fre ; du résumé, eng.Pays: France.Editeur: 2017Numéro national de thèse: 2017PA080055.Note de thèse: Thèse de doctorat, Sociologie, demographie, Paris 8, 2017, Résumé:

Cette recherche s’intéresse à la présence de femmes manadières et gardianes dans un monde masculin. Il s’agit de comprendre comment ces femmes deviennent gardianes ou manadières, dans quelles conditions relatives aux normes sexuées elles investissent ce monde inhabituel pour des femmes. L’enquête s’appuie sur des séquences d'observation participante et sur des entretiens auprès de manadier-es et de gardian-es : 35 femmes et 10 hommes. Arrivées dans les années 80, les femmes intègrent les manades par 2 voies d’accès. Elles sont héritières par leur père ou converties suite à la rencontre d’un conjoint et à la pratique d’un sport masculin ou similaire. Le rapport père fille est un rapport privilégié, celle-ci jouant souvent le rôle du garçon manquant. Ces femmes ont connu des socialisations atypiques durant leur enfance s’adonnant majoritairement à des activités (jeux, sports) masculines. Elles préfèrent la compagnie des garçons en dévalorisant une certaine féminité mais certaines fréquentent aussi des filles. Ces différents canaux de socialisations leur procurent des dispositions plurielles. La plupart d’entre elles n’occupent pas les postes les plus physiques ou perçus comme masculins. Afin de se maintenir dans les manades, elles vont devoir prendre les codes des hommes et montrer qu’elles ont du caractère. Elles vont se masculiniser en infériorisant une catégorie de femmes dites fragiles et dangereuses. Pour autant, les femmes des manades ne veulent pas perdre leur féminité et s’attachent à la montrer. Le féminin comme le masculin sont des catégories instables. Pour les femmes comme pour les hommes, le contenu de ce qui est considéré comme masculin ne fait pas consensus.

This research focuses on the presence of manadières and gardianes – female herders of semi-feral horses and cattle – in the male world of the Camargue delta, where the Rhone River drains into the Mediterranean Sea. The idea is to understand how these women become herders; in what conditions, in terms of gender norms, they join an essentially man’s world. The study is based on participant-observer periods and interviews with 35 female and 10 male herders. Female herders first appeared on the scene in the 80’s. They tend to enter the profession in one of two ways: ether inheriting the mantle from their fathers, or being converted to it by a significant other or through involvement in a male sport or activity. The father-daughter relationship is a privileged one; the girls are often tomboys; the sons their fathers never had. As children, these women are socialized atypically, participating almost exclusively in “male” activities (games and sports). They prefer the company of boys and look down on a certain kind of femininity, although some of them do have female friends. The different channels of socialization lead to different situations. Few female herders are found in what are seen as the most strenuous, or masculine, roles. To hold their own in the manades, the women have to adapt male codes and prove that they have character. They become more masculine, and view a category of women described as fragile and dangerous as inferior. Yet the manade women don’t want to lose their femininity; they care about flaunting it. Feminine and masculine are unstable categories. There is no consensus as to what defines being masculine for either women or men.

Sujet - Nom commun: Femmes -- Sociologie -- Thèses et écrits académiques | Études sur le genre -- Thèses et écrits académiques | Tauromachie -- France -- Camargue (Bouches-du-Rhône, France) -- Thèses et écrits académiques | Sportives -- Thèses et écrits académiques | Femmes -- Socialisation -- Thèses et écrits académiques Sujet - Thésaurus: Sociologie | Rapports sociaux de sexe | Sport | Socialisation | Camargue | Genre

Ressource en ligne: Accès réservé au texte intégral


Tags de cette bibliothèque : Pas de tags pour ce titre. Connectez-vous pour ajouter des tags.
Type de document Site actuel Collection Cote Statut Date de retour prévue Code à barres Réservations
Thèse exclue du prêt BU – Saint-Denis
Consultable en ligne
Sociologie - E Exclu du prêt 542229
Total des réservations: 0

Titre provenant de l'écran-titre

Ecole(s) Doctorale(s) : École doctorale Sciences sociales (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis)

Partenaire(s) de recherche : Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris-GTM (Equipe de recherche)

Autre(s) contribution(s) : Catherine Louveau, Helena Sumiko Hirata, Emmanuelle Zolesio (Membre(s) du jury) ; Oumaya Hidri Neys, Christine Mennesson (Rapporteur(s))

Thèse de doctorat Sociologie, demographie Paris 8 2017

Cette recherche s’intéresse à la présence de femmes manadières et gardianes dans un monde masculin. Il s’agit de comprendre comment ces femmes deviennent gardianes ou manadières, dans quelles conditions relatives aux normes sexuées elles investissent ce monde inhabituel pour des femmes. L’enquête s’appuie sur des séquences d'observation participante et sur des entretiens auprès de manadier-es et de gardian-es : 35 femmes et 10 hommes. Arrivées dans les années 80, les femmes intègrent les manades par 2 voies d’accès. Elles sont héritières par leur père ou converties suite à la rencontre d’un conjoint et à la pratique d’un sport masculin ou similaire. Le rapport père fille est un rapport privilégié, celle-ci jouant souvent le rôle du garçon manquant. Ces femmes ont connu des socialisations atypiques durant leur enfance s’adonnant majoritairement à des activités (jeux, sports) masculines. Elles préfèrent la compagnie des garçons en dévalorisant une certaine féminité mais certaines fréquentent aussi des filles. Ces différents canaux de socialisations leur procurent des dispositions plurielles. La plupart d’entre elles n’occupent pas les postes les plus physiques ou perçus comme masculins. Afin de se maintenir dans les manades, elles vont devoir prendre les codes des hommes et montrer qu’elles ont du caractère. Elles vont se masculiniser en infériorisant une catégorie de femmes dites fragiles et dangereuses. Pour autant, les femmes des manades ne veulent pas perdre leur féminité et s’attachent à la montrer. Le féminin comme le masculin sont des catégories instables. Pour les femmes comme pour les hommes, le contenu de ce qui est considéré comme masculin ne fait pas consensus.

This research focuses on the presence of manadières and gardianes – female herders of semi-feral horses and cattle – in the male world of the Camargue delta, where the Rhone River drains into the Mediterranean Sea. The idea is to understand how these women become herders; in what conditions, in terms of gender norms, they join an essentially man’s world. The study is based on participant-observer periods and interviews with 35 female and 10 male herders. Female herders first appeared on the scene in the 80’s. They tend to enter the profession in one of two ways: ether inheriting the mantle from their fathers, or being converted to it by a significant other or through involvement in a male sport or activity. The father-daughter relationship is a privileged one; the girls are often tomboys; the sons their fathers never had. As children, these women are socialized atypically, participating almost exclusively in “male” activities (games and sports). They prefer the company of boys and look down on a certain kind of femininity, although some of them do have female friends. The different channels of socialization lead to different situations. Few female herders are found in what are seen as the most strenuous, or masculine, roles. To hold their own in the manades, the women have to adapt male codes and prove that they have character. They become more masculine, and view a category of women described as fragile and dangerous as inferior. Yet the manade women don’t want to lose their femininity; they care about flaunting it. Feminine and masculine are unstable categories. There is no consensus as to what defines being masculine for either women or men.

Configuration requise : un logiciel capable de lire un fichier au format : text/html

Il n'y a pas de commentaire pour ce titre.

pour proposer un commentaire.