Vue normale Vue MARC vue ISBD

L'éternel retour de l'expressionnisme et la plasticité du devenir / Ramyar Radha ; sous la direction de Francois Jeune et de Georges Bloess

Auteur principal: Radha, Ramyar Auteur: Jeune, François (1953-....) ; Bloess, Georges ; Schauder, Silke (1963-....) ; Grammare, Gisèle (19..-....) ; Toulouse, Ivan Langue: français ; du résumé, fre ; du résumé, eng.Pays: France.Editeur: 2017Numéro national de thèse: 2017PA080036.Note de thèse: Thèse de doctorat, Arts et Philosophie, Paris 8, 2017, Résumé:

Ce travail s’inscrit directement dans une autocritique de la chair qui est d’actualité dans mon œuvre. Il s’ouvre sur la question de l’instantanéité de la réalisation de l’œuvre et prend compte de la marque de toute une histoire afin de prouver l’organique comme la force animant le devenir-image, le devenir-corps-créateur et le devenir comme la fonction du temps. Comment ? En cherchant les palpitations nécessaires dans la chair de l’œuvre, parmi mes lignes, mes couleurs et mes lettres. Cette étude développe le sens en œuvre afin de prouver le retour du pathos comme une nécessité. Elle se positionne ainsi au nom d’une recherche sur la plasticité du devenir afin de tracer l’empreinte de Nachleben warburgien (la vie continuée), dans le paysage expressionniste que reprend mon entreprise créatrice. Mon champ analytique s’ouvre premièrement sur l’histoire de l’art warburgienne, cette histoire à laquelle ont été ajoutées les bases de l’iconologie, deuxièmement sur les signaux de la vie mutés en forme. Et troisièmement sur les impératifs qui donnent lieu à la forme d’art : prenant compte des signes de pathos mes études s’ouvrent tout d’abord sur l’intempestif et le devenir-forme nietzschéens où l’action est comme la fonction du temps et la plasticité/fracture est inhérente au rapport des forces en devenir. Ensuite je découvre la pensée de Bataille et sa vision de l’art comme jeu. Revenant au sourire préhistorique de l’homme-oiseau de la scène du puits de Lascaux et son art du jeu tragique, je trace de nouveaux itinéraires avec l’image de l’étrangeté. Ceux qui à travers l’annonciation du Quattrocento me font revenir à ma propre Annonciation qui est le récit d’une victoire sur soi-même. Ce « jeu d’art » d’un Bataille me guide ainsi au jeu de la mémoire et de l’oubli nietzschéen où mon affirmation prend ses sources. S’ouvre alors une vue sur le devenir-étranger dans la chouette aveugle de Hedayat où le pouvoir de l’ivresse anime une nouvelle façon de voir, révèle un trop plein de forces et aborde un travail de l’excitation... L’image surgit ainsi en étant un phénomène dans son devenir-forme. C’est un devenir qui met en relief les traits principaux dans une perception de la choséité de la chose (das ding), comme le sens qui importe. Dans cette transmutation du visible au plastique, la chose n’est plus une unité mais un ensemble de quantas dans un rapport de l’action-distance. L’image est ainsi le récit d’un devenir multiple, de l’inéluctable scission du voir qui marque ce que le créateur voit et ce qui le regarde, ce fond inquiétant de tous les temps, l’affirmation de la joie tragique et de la sagesse dans la douleur.

This work fits directly into a self-criticism of the flesh that is topical in my work. It opens with the question of the instantaneousness of the realization of the work and takes account of the mark of a whole history in order to prove the organic as the force animating the becoming-image, the becoming-body-creator and Becoming as the function of time. How? While searching the necessary palpitations, in the flesh of the work, among my lines, my colors and my letters. This study develops the meaning in order to prove the return of the pathos as a necessity. It is thus positioned in the name of a research on the plasticity of becoming in order to trace the imprint of “Nachleben” Warburgien (the continued life), in the expressionist landscape that takes up my creative enterprise. My first analytical field opens with the history of Warburgian art, to which the bases of iconology have been added, and secondly to the signals of life mutated in form. And thirdly, on the imperatives that give rise to the art form: taking into account the signs of pathos, my studies open at first to the Nietzschean untimely and becoming-form, where action is like the function of time And plasticity / fracture is inherent in the ratio of forces in the making. Then I discovered the thought of Bataille and his vision of art as a game. Returning to the prehistoric smile of the man-bird of the scene of the well of Lascaux and his art of the tragic game, I trace new itineraries with the image Of strangeness. Those who, through the annunciation of the Quattrocento, bring me back to my own Annunciation, which is the account of a victory over oneselfThe Bataille’s "game of art" thus guides me to the game of memory and forgetting Nietzschean where my affirmation takes its sources. Then opens a view on the foreign becoming in the blind owl of Hedayat where the power of drunkenness animates a new way of seeing, reveals a too full of forces and approaches a work of excitement. Image arises thus being a phenomenon in its becoming-form. It is a becoming that highlights the main features in a perception of the thingness of the thing, as the meaning that matters. In this transmutation of the visible to the plastic, the thing is no longer a unit but a set of quanta in a relation of the action-distance. The image is thus the narrative of a multiple becoming, of the inevitable splitting of the seeing that marks what the creator sees and what regards him, this worrying background of all time, the affirmation of the tragic joy and Wisdom in pain.

Sujet - Nom commun: Expressionnisme (art) -- Thèses et écrits académiques | Création (esthétique) -- Thèses et écrits académiques | Illustrations -- Interprétation | Forme (esthétique) -- Thèses et écrits académiques Sujet - Thésaurus: Expressionnisme

Ressource en ligne: Accès réservé au texte intégral


Tags de cette bibliothèque : Pas de tags pour ce titre. Connectez-vous pour ajouter des tags.
Type de document Site actuel Collection Cote Statut Date de retour prévue Code à barres Réservations
Thèse exclue du prêt BU – Saint-Denis
Consultable en ligne
Arts plastiques - SA Exclu du prêt 538144
Total des réservations: 0

Titre provenant de l'écran-titre

Ecole(s) Doctorale(s) : École doctorale Esthétique, sciences et technologie des arts (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis)

Partenaire(s) de recherche : Arts des images et art contemporain (Equipe de recherche)

Autre(s) contribution(s) : Francois Jeune, Georges Bloess, Ivan Toulouse (Membre(s) du jury) ; Silke Schauder, Gisèle Grammare (Rapporteur(s))

Thèse de doctorat Arts et Philosophie Paris 8 2017

Ce travail s’inscrit directement dans une autocritique de la chair qui est d’actualité dans mon œuvre. Il s’ouvre sur la question de l’instantanéité de la réalisation de l’œuvre et prend compte de la marque de toute une histoire afin de prouver l’organique comme la force animant le devenir-image, le devenir-corps-créateur et le devenir comme la fonction du temps. Comment ? En cherchant les palpitations nécessaires dans la chair de l’œuvre, parmi mes lignes, mes couleurs et mes lettres. Cette étude développe le sens en œuvre afin de prouver le retour du pathos comme une nécessité. Elle se positionne ainsi au nom d’une recherche sur la plasticité du devenir afin de tracer l’empreinte de Nachleben warburgien (la vie continuée), dans le paysage expressionniste que reprend mon entreprise créatrice. Mon champ analytique s’ouvre premièrement sur l’histoire de l’art warburgienne, cette histoire à laquelle ont été ajoutées les bases de l’iconologie, deuxièmement sur les signaux de la vie mutés en forme. Et troisièmement sur les impératifs qui donnent lieu à la forme d’art : prenant compte des signes de pathos mes études s’ouvrent tout d’abord sur l’intempestif et le devenir-forme nietzschéens où l’action est comme la fonction du temps et la plasticité/fracture est inhérente au rapport des forces en devenir. Ensuite je découvre la pensée de Bataille et sa vision de l’art comme jeu. Revenant au sourire préhistorique de l’homme-oiseau de la scène du puits de Lascaux et son art du jeu tragique, je trace de nouveaux itinéraires avec l’image de l’étrangeté. Ceux qui à travers l’annonciation du Quattrocento me font revenir à ma propre Annonciation qui est le récit d’une victoire sur soi-même. Ce « jeu d’art » d’un Bataille me guide ainsi au jeu de la mémoire et de l’oubli nietzschéen où mon affirmation prend ses sources. S’ouvre alors une vue sur le devenir-étranger dans la chouette aveugle de Hedayat où le pouvoir de l’ivresse anime une nouvelle façon de voir, révèle un trop plein de forces et aborde un travail de l’excitation... L’image surgit ainsi en étant un phénomène dans son devenir-forme. C’est un devenir qui met en relief les traits principaux dans une perception de la choséité de la chose (das ding), comme le sens qui importe. Dans cette transmutation du visible au plastique, la chose n’est plus une unité mais un ensemble de quantas dans un rapport de l’action-distance. L’image est ainsi le récit d’un devenir multiple, de l’inéluctable scission du voir qui marque ce que le créateur voit et ce qui le regarde, ce fond inquiétant de tous les temps, l’affirmation de la joie tragique et de la sagesse dans la douleur.

This work fits directly into a self-criticism of the flesh that is topical in my work. It opens with the question of the instantaneousness of the realization of the work and takes account of the mark of a whole history in order to prove the organic as the force animating the becoming-image, the becoming-body-creator and Becoming as the function of time. How? While searching the necessary palpitations, in the flesh of the work, among my lines, my colors and my letters. This study develops the meaning in order to prove the return of the pathos as a necessity. It is thus positioned in the name of a research on the plasticity of becoming in order to trace the imprint of “Nachleben” Warburgien (the continued life), in the expressionist landscape that takes up my creative enterprise. My first analytical field opens with the history of Warburgian art, to which the bases of iconology have been added, and secondly to the signals of life mutated in form. And thirdly, on the imperatives that give rise to the art form: taking into account the signs of pathos, my studies open at first to the Nietzschean untimely and becoming-form, where action is like the function of time And plasticity / fracture is inherent in the ratio of forces in the making. Then I discovered the thought of Bataille and his vision of art as a game. Returning to the prehistoric smile of the man-bird of the scene of the well of Lascaux and his art of the tragic game, I trace new itineraries with the image Of strangeness. Those who, through the annunciation of the Quattrocento, bring me back to my own Annunciation, which is the account of a victory over oneselfThe Bataille’s "game of art" thus guides me to the game of memory and forgetting Nietzschean where my affirmation takes its sources. Then opens a view on the foreign becoming in the blind owl of Hedayat where the power of drunkenness animates a new way of seeing, reveals a too full of forces and approaches a work of excitement. Image arises thus being a phenomenon in its becoming-form. It is a becoming that highlights the main features in a perception of the thingness of the thing, as the meaning that matters. In this transmutation of the visible to the plastic, the thing is no longer a unit but a set of quanta in a relation of the action-distance. The image is thus the narrative of a multiple becoming, of the inevitable splitting of the seeing that marks what the creator sees and what regards him, this worrying background of all time, the affirmation of the tragic joy and Wisdom in pain.

Configuration requise : un logiciel capable de lire un fichier au format : text/html

Il n'y a pas de commentaire pour ce titre.

pour proposer un commentaire.