Vue normale Vue MARC vue ISBD

Le devenir sexué pas-tout-à-fait phallique : la clinique du pousse-à-la-femme et des femmes-transexuelles. / Inga Metreveli ; sous la direction de Sophie Marret

Auteur principal: Metreveli, Inga Auteur: Marret, Sophie, spécialiste en langue et littérature anglaises (1963-....) ; Ansermet, François (1952-....) ; Borgnis Desbordes, Emmanuelle ; Leguil, Clotilde (1968-....) ; Maleval, Jean-Claude (1946-....) Langue: français ; du résumé, fre ; du résumé, eng.Pays: France.Editeur: 2016Numéro national de thèse: 2016PA080113.Note de thèse: Thèse de doctorat, Psychanalyse, Paris 8, 2016, Résumé:

Ce travail de recherche a comme objectif la révision de la logique de la sexuation dans la clinique psychanalytique contemporaine. La thèse freudienne du « primat de phallus », reprise par Lacan d’abord dans sa logique sexuée « être ou avoir », gardera toute son importance dans son tableau de la sexuation, présentée dans le séminaire Encore. Ce tableau de la sexuation, référé au phallus comme au seul et unique signifiant de la différence des sexes, nous laisse “déboussolé” dans la recherche des particularités des modes contemporains d’être sexué. Par contre, nous affirmons que la thèse de Lacan selon laquelle « l’être sexué ne s’autorise que de lui-même […] et quelques autres » trouve toute sa pertinence quant au devenir sexué du sujet contemporain et se met au premier plan dans le tout dernier enseignement de Lacan à travers son étude du parlêtre en terme de nouage et de suppléance. Nous avons ciblé la clinique du pousse-à-la-femme et des femmes-transsexuelles afin de montrer, que la psychanalyse, orientée par le dernier enseignement de Lacan, permet de reconsidérer ces deux cliniques de troubles d’identité sexuelle comme des modes de s’autoriser en tant que sexués. A travers nos cas cliniques, nous prétendons avoir démontré que pour ces sujets, faute de se servir du signifiant phallique « pour tous », il s’agit néanmoins de tentatives pour trouver leur manière sinthomatique de rejoindre dans leur quête identitaire le discours sexuel commun qui soutient pour l’instant la binarité des sexes.

This study aims at a revision of the sexuation logic within the modern psychoanalytical clinic. The Freudian thesis on the "primacy of phallus" was initially assumed by Lacan as a sexuated logic "to be or to have" a phallus, and it kept its importance in his later works, it was especially developed in his XX Seminar "Encore" in the table of sexuation. We have demonstrated that as far as the table of sexuation refers to the phallus, described in terms of the phallic function, that continues to be the only signifier of the difference between the sexes, we can hardly apply it to studying some of the particularities of the modern modes of sexuation. On the contrary we suggest that Lacan’s thesis that "the sexuated being is authorized only by himself [...] and by some others" remains valid as far as the becoming of the modern subject is concerned and it is brought to the forefront in the last teaching of Lacan through his study of the "talking being" in terms of knotting and suppliances. Therefore we have chosen the study of the the clinic of the push-to-be-the-woman and that of transsexual women in order to demonstrate that psychoanalysis oriented by the last teaching of Lacan gives us the possibility to reconsider these two clinics of sexual identity disorders in terms of modes of auto-authorization as sexuated. Via our clinical cases we suggest that these subjects left out of the possibility to appeal to the phallic signifiers "for everybody", try nevertheless to find their sintomatic way to join the common sexual discourse without the reference of the sexual binaries.

Sujet - Nom de personne: Lacan Jacques -- Thèses et écrits académiques Sujet - Nom commun: Forclusion (psychanalyse) -- Thèses et écrits académiques | Phallus (psychanalyse) -- Thèses et écrits académiques | Psychanalyse -- Thèses et écrits académiques | Transsexualisme -- Thèses et écrits académiques Sujet - Thésaurus: Lacan | Sexuation | Phallus | Forclusion | Nom-du-Père | Pousse à- la-femme | Psychose ordinaire

Ressource en ligne: Accès réservé au texte intégral


Tags de cette bibliothèque : Pas de tags pour ce titre. Connectez-vous pour ajouter des tags.
Nous n'avons pas d'exemplaire de ce document

Titre provenant de l'écran-titre

Ecole(s) Doctorale(s) : École doctorale Pratiques et théories du sens (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis)

Partenaire(s) de recherche : La section clinique (Equipe de recherche)

Autre(s) contribution(s) : François Ansermet (Président du jury) ; Sophie Marret, Clotilde Leguil, Jean-Claude Maleval (Membre(s) du jury) ; Emmanuelle Borgnis Desbordes (Rapporteur(s))

Thèse de doctorat Psychanalyse Paris 8 2016

Ce travail de recherche a comme objectif la révision de la logique de la sexuation dans la clinique psychanalytique contemporaine. La thèse freudienne du « primat de phallus », reprise par Lacan d’abord dans sa logique sexuée « être ou avoir », gardera toute son importance dans son tableau de la sexuation, présentée dans le séminaire Encore. Ce tableau de la sexuation, référé au phallus comme au seul et unique signifiant de la différence des sexes, nous laisse “déboussolé” dans la recherche des particularités des modes contemporains d’être sexué. Par contre, nous affirmons que la thèse de Lacan selon laquelle « l’être sexué ne s’autorise que de lui-même […] et quelques autres » trouve toute sa pertinence quant au devenir sexué du sujet contemporain et se met au premier plan dans le tout dernier enseignement de Lacan à travers son étude du parlêtre en terme de nouage et de suppléance. Nous avons ciblé la clinique du pousse-à-la-femme et des femmes-transsexuelles afin de montrer, que la psychanalyse, orientée par le dernier enseignement de Lacan, permet de reconsidérer ces deux cliniques de troubles d’identité sexuelle comme des modes de s’autoriser en tant que sexués. A travers nos cas cliniques, nous prétendons avoir démontré que pour ces sujets, faute de se servir du signifiant phallique « pour tous », il s’agit néanmoins de tentatives pour trouver leur manière sinthomatique de rejoindre dans leur quête identitaire le discours sexuel commun qui soutient pour l’instant la binarité des sexes.

This study aims at a revision of the sexuation logic within the modern psychoanalytical clinic. The Freudian thesis on the "primacy of phallus" was initially assumed by Lacan as a sexuated logic "to be or to have" a phallus, and it kept its importance in his later works, it was especially developed in his XX Seminar "Encore" in the table of sexuation. We have demonstrated that as far as the table of sexuation refers to the phallus, described in terms of the phallic function, that continues to be the only signifier of the difference between the sexes, we can hardly apply it to studying some of the particularities of the modern modes of sexuation. On the contrary we suggest that Lacan’s thesis that "the sexuated being is authorized only by himself [...] and by some others" remains valid as far as the becoming of the modern subject is concerned and it is brought to the forefront in the last teaching of Lacan through his study of the "talking being" in terms of knotting and suppliances. Therefore we have chosen the study of the the clinic of the push-to-be-the-woman and that of transsexual women in order to demonstrate that psychoanalysis oriented by the last teaching of Lacan gives us the possibility to reconsider these two clinics of sexual identity disorders in terms of modes of auto-authorization as sexuated. Via our clinical cases we suggest that these subjects left out of the possibility to appeal to the phallic signifiers "for everybody", try nevertheless to find their sintomatic way to join the common sexual discourse without the reference of the sexual binaries.

Il n'y a pas de commentaire pour ce titre.

pour proposer un commentaire.