Vue normale Vue MARC vue ISBD

Le statut phonologique de l'aspiration en grec ancien. / Adele Jatteau ; sous la direction de Joaquim Brandao de Carvalho et de Daniel Petit

Auteur principal: Jatteau, Adele Auteur: Brandao de Carvalho, Joaquim (1958-....) ; Petit, Daniel (1967-....) ; Labrune, Laurence ; Probert, Philomen ; Steriade, Donca ; Bermúdez-Otero, Ricardo Langue: français ; du résumé, fre ; du résumé, eng.Pays: France.Editeur: 2016Numéro national de thèse: 2016PA080088.Note de thèse: Thèse de doctorat, Sciences du langage, Paris 8, 2016, Résumé:

Cette étude propose une analyse phonologique de l'aspiration en grec ancien, fondée sur un examen approfondi des sources à la lumière des données phonétiques et typologiques des langues contemporaines. Les propriétés de transparence et de mobilité de l'aspiration sont expliquées par une représentation autosegmentale : h est incapable d'occuper une position temporelle à lui seul. Cette propriété rend compte du comportement de l'aspiration dans les composés, au sein d'une analyse plus large de la structure du mot prosodique. L'aspiration, ensuite, n'est pas seulement plus robuste, et donc mieux conservée, en position initiale : une aspiration interne est aussi attirée dans cette position. Cette propriété explique la distribution de l'aspiration, et les cas d'assimilation relevés dans le corpus épigraphique. L'aspiration systématique de u- et de r- initial est analysée comme un reliquat du système des sonantes en grec archaïque, dont nous proposons une reconstruction révisée. Cette analyse montre que les sonantes aspirées sont préférées aux sonantes à voisement modal à l'initiale de mot prosodique. Cette contrainte n'est plus active en grec classique ; en particulier, nous montrons que l'aspiration de r ne dépend plus de la position initiale, mais de sa longueur. Nous analysons le r initial en grec classique comme une vibrante longue, traitée par la phonologie comme les groupes pt- initiaux. Enfin, nous proposons une analyse de la dissimilation régressive d'aspiration connue sous le nom de « loi de Grassmann », dont les effets sont articulés avec les autres propriétés de l'aspiration sur les plans synchronique et diachronique.

This study proposes a phonological analysis of aspiration in Ancient Greek, based on an in-depth examination of the sources and on the comparison with phonetic and typological patterns in contemporary languages. The transparency and mobility of aspiration are accounted for by an autosegmental representation: h cannot be associated with its own temporal slot. This property explains its behaviour within compounds, and is integrated into a broader analysis of the prosodic word structure. Aspiration is not only more robust and thus better preserved in initial position: internal aspiration is also attracted to this position. These properties account for the distribution of aspiration and the assimilations that appear in the epigraphical corpus. The systematic aspiration of initial u and r is analysed as a relic of the sonorant system in Archaic Greek, for which we pro​pose a revised reconstruction. The resulting analysis shows that aspirated sonorants are preferred over sonorants with modal voicing at the beginning of a prosodic word. This constraint is no longer active in Classical Greek: we show that the aspiration of r is not linked to the initial position any more, but to its length. We analyse the initial r of Classical Greek as a long trill, treated by the phonology like the initial pt- clusters. Finally, we propose an analysis of the regressive dissimilation of aspiration known as ``Grassmann's Law", whose effects are articulated with the other properties of aspiration in a diachronic and synchronic account.

Sujet - Nom commun: Phonologie -- Thèses et écrits académiques | Phonétique historique -- Thèses et écrits académiques | Grec (langue) -- Thèses et écrits académiques | Aspiration (phonétique) -- Thèses et écrits académiques Sujet - Thésaurus: Grec ancien | Aspiration

Ressource en ligne: Accès réservé au texte intégral


Tags de cette bibliothèque : Pas de tags pour ce titre. Connectez-vous pour ajouter des tags.
Type de document Site actuel Collection Cote Statut Date de retour prévue Code à barres Réservations
Thèse exclue du prêt BU – Saint-Denis
Consultable en ligne
Latin Grec - VG Exclu du prêt 526469
Total des réservations: 0

Titre provenant de l'écran-titre

Ecole(s) Doctorale(s) : École Doctorale cognition, langage, interaction (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis)

Partenaire(s) de recherche : Structure formelle du langage (Equipe de recherche)

Autre(s) contribution(s) : Laurence Labrune (Président du jury) ; Joaquim Brandao de Carvalho, Daniel Petit, Ricardo Bermúdez-Otero (Membre(s) du jury) ; Philomen Probert, Donca Steriade (Rapporteur(s))

Thèse de doctorat Sciences du langage Paris 8 2016

Cette étude propose une analyse phonologique de l'aspiration en grec ancien, fondée sur un examen approfondi des sources à la lumière des données phonétiques et typologiques des langues contemporaines. Les propriétés de transparence et de mobilité de l'aspiration sont expliquées par une représentation autosegmentale : h est incapable d'occuper une position temporelle à lui seul. Cette propriété rend compte du comportement de l'aspiration dans les composés, au sein d'une analyse plus large de la structure du mot prosodique. L'aspiration, ensuite, n'est pas seulement plus robuste, et donc mieux conservée, en position initiale : une aspiration interne est aussi attirée dans cette position. Cette propriété explique la distribution de l'aspiration, et les cas d'assimilation relevés dans le corpus épigraphique. L'aspiration systématique de u- et de r- initial est analysée comme un reliquat du système des sonantes en grec archaïque, dont nous proposons une reconstruction révisée. Cette analyse montre que les sonantes aspirées sont préférées aux sonantes à voisement modal à l'initiale de mot prosodique. Cette contrainte n'est plus active en grec classique ; en particulier, nous montrons que l'aspiration de r ne dépend plus de la position initiale, mais de sa longueur. Nous analysons le r initial en grec classique comme une vibrante longue, traitée par la phonologie comme les groupes pt- initiaux. Enfin, nous proposons une analyse de la dissimilation régressive d'aspiration connue sous le nom de « loi de Grassmann », dont les effets sont articulés avec les autres propriétés de l'aspiration sur les plans synchronique et diachronique.

This study proposes a phonological analysis of aspiration in Ancient Greek, based on an in-depth examination of the sources and on the comparison with phonetic and typological patterns in contemporary languages. The transparency and mobility of aspiration are accounted for by an autosegmental representation: h cannot be associated with its own temporal slot. This property explains its behaviour within compounds, and is integrated into a broader analysis of the prosodic word structure. Aspiration is not only more robust and thus better preserved in initial position: internal aspiration is also attracted to this position. These properties account for the distribution of aspiration and the assimilations that appear in the epigraphical corpus. The systematic aspiration of initial u and r is analysed as a relic of the sonorant system in Archaic Greek, for which we pro​pose a revised reconstruction. The resulting analysis shows that aspirated sonorants are preferred over sonorants with modal voicing at the beginning of a prosodic word. This constraint is no longer active in Classical Greek: we show that the aspiration of r is not linked to the initial position any more, but to its length. We analyse the initial r of Classical Greek as a long trill, treated by the phonology like the initial pt- clusters. Finally, we propose an analysis of the regressive dissimilation of aspiration known as ``Grassmann's Law", whose effects are articulated with the other properties of aspiration in a diachronic and synchronic account.

Il n'y a pas de commentaire pour ce titre.

pour proposer un commentaire.