Vue normale Vue MARC vue ISBD

Le travail de l'analogie dans la musique et l'architecture de Iannis Xenakis. / Elisavet Kiourtsoglou ; sous la direction de Véronique Fabbri et de Fílippos Ōraiópoulos

Auteur principal: Kiourtsoglou, Elisavet Auteur: Fabbri, Véronique (1958-....) ; Ōraiópoulos, Fílippos (1946-....) ; Solomos, Makis (1962-....) ; Thibault, Estelle (1968-....) ; Chupin, Jean-Pierre ; Dimitriadi, Lida (1976-....) ; Gibson, Benoît (1966-....) Langue: français ; du résumé, fre ; du résumé, eng.Pays: France.Editeur: 2016Numéro national de thèse: 2016PA080080.Note de thèse: Thèse de doctorat, Architecture, Paris 8, 2016, Résumé:

L'originalité de l’œuvre de Iannis Xenakis repose en partie sur l'emploi d'analogies. À travers une recherche d'archives, nous éclairons les analogies entre sa musique et son architecture en analysant trois œuvres significatives : le couvent de la Tourette (1955), le Pavillon Philips (1958) et le Diatope (1978). Nous suivons aussi l’évolution de l'analogie « harmonique » dans certains traités d'architecture (Vitruve, Alberti, Blondel, Le Corbusier) pour saisir la forme qu'elle prend chez Xenakis. Nous montrons comment les permutations mathématiques d'une série de notes de Metastaseis (1953-54) et la notion de densité musicale sont transposées lorsqu'il distribue les pans de verre sur les façades du couvent. Nous soulignons que l'espace sonore de la partition graphique de Metastaseis —où des glissandi de cordes sont représentés en tant que droites tangentes de surfaces réglées— partage les propriétés d'ordre et de continuité avec l'espace du Pavillon Philips, construit de paraboloïdes hyperboliques. Nous reconstituons la spatialisation de L'interlude Sonore (1958) et de La Légende d'Eer (1978), où Xenakis conçoit l'espace acoustique comme l'espace stéréométrique, en représentant les haut-parleurs comme des points et la vitesse sonore comme une ligne entre ceux-ci. Enfin, nous interrogeons l'apport de son passé (expériences de guerre) dans sa création : alors qu'il instaure des analogies lorsqu'il transpose l'ordre de ces phénomènes dans sa musique, nous montrons que dans son architecture, lorsqu'il réutilise des formes dans des œuvres ultérieures —en en changeant l’échelle ou la géométrie ou en maintenant leur principe— il ne tisse des analogies qu'avec son passé créatif

The work of Iannis Xenakis is original largely due to the significance analogy plays in it. In this thesis I trace analogies between music and architecture in plans, texts and music scores through extensive archive research. In parallel, I follow the evolution of “harmonic” analogy in some treatises of architecture (Vitruve, Alberti, Blondel, Le Corbusier) in order to point out the form that it takes in Xenakis' work. I analyse three of his major architectural works : Monastery of Tourette (1955), Philips Pavilion (1958) and Diatope (1978). I observe how mathematical permutations of a series of notes in Metastaseis (1953-54) and the notion of musical density establish an analogy with the distribution of the glass panels on the facades of the Monastery. In Metastaseis, Xenakis represents the strings' glissandi as tangent lines of ruled surfaces. I underline that the sound-space of this graphical score forms another type of analogy with its architecture: it shares the properties of order and continuity with the three-dimensional space of Philips' Pavilion, entirely constructed by hyperbolic paraboloids. Finally, i reconstruct the spatialisation of L'interlude Sonore and La Légende d'Eer which Xenakis conceives as a stereometric space, by representing the loudspeakers as points and the speed of sound as a line between them. Xenakis also establishes analogies when he uses his experiences of war and memories of natural phenomena in his music. I describe how the significance of the past to his creative process in architecture is evident when he reuses forms by changing their scale, their geometry or by just retaining basic principles.

Sujet - Nom de personne: Xenakis Iannis -- Thèses et écrits académiques Sujet - Nom commun: Métaphore en architecture -- Thèses et écrits académiques | Composition (musique) -- Thèses et écrits académiques | Musique et architecture -- Thèses et écrits académiques | -- 1945-.... -- Thèses et écrits académiques | Architecture moderne -- Thèses et écrits académiques Sujet - Thésaurus: Iannis Xenakis | Analogie | Musique-architecture | Ecriture

Ressource en ligne: Accès réservé au texte intégral


Tags de cette bibliothèque : Pas de tags pour ce titre. Connectez-vous pour ajouter des tags.
Type de document Site actuel Collection Cote Statut Date de retour prévue Code à barres Réservations
Thèse exclue du prêt BU – Saint-Denis
Consultable en ligne
Arts plastiques - SA Exclu du prêt 526478
Total des réservations: 0

Titre provenant de l'écran-titre

Ecole(s) Doctorale(s) : École doctorale Pratiques et théories du sens (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis)

Partenaire(s) de recherche : Laboratoire sur l'architecture, la ville, l'urbanisme et l'environnement - GERPHAU (Equipe de recherche)

Autre(s) contribution(s) : Makis Solomos (Président du jury) ; Véronique Fabbri, Fílippos Ōraiópoulos, Lida Dimitriadi, Benoît Gibson (Membre(s) du jury) ; Estelle Thibault, Jean-Pierre Chupin (Rapporteur(s))

Thèse de doctorat Architecture Paris 8 2016

L'originalité de l’œuvre de Iannis Xenakis repose en partie sur l'emploi d'analogies. À travers une recherche d'archives, nous éclairons les analogies entre sa musique et son architecture en analysant trois œuvres significatives : le couvent de la Tourette (1955), le Pavillon Philips (1958) et le Diatope (1978). Nous suivons aussi l’évolution de l'analogie « harmonique » dans certains traités d'architecture (Vitruve, Alberti, Blondel, Le Corbusier) pour saisir la forme qu'elle prend chez Xenakis. Nous montrons comment les permutations mathématiques d'une série de notes de Metastaseis (1953-54) et la notion de densité musicale sont transposées lorsqu'il distribue les pans de verre sur les façades du couvent. Nous soulignons que l'espace sonore de la partition graphique de Metastaseis —où des glissandi de cordes sont représentés en tant que droites tangentes de surfaces réglées— partage les propriétés d'ordre et de continuité avec l'espace du Pavillon Philips, construit de paraboloïdes hyperboliques. Nous reconstituons la spatialisation de L'interlude Sonore (1958) et de La Légende d'Eer (1978), où Xenakis conçoit l'espace acoustique comme l'espace stéréométrique, en représentant les haut-parleurs comme des points et la vitesse sonore comme une ligne entre ceux-ci. Enfin, nous interrogeons l'apport de son passé (expériences de guerre) dans sa création : alors qu'il instaure des analogies lorsqu'il transpose l'ordre de ces phénomènes dans sa musique, nous montrons que dans son architecture, lorsqu'il réutilise des formes dans des œuvres ultérieures —en en changeant l’échelle ou la géométrie ou en maintenant leur principe— il ne tisse des analogies qu'avec son passé créatif

The work of Iannis Xenakis is original largely due to the significance analogy plays in it. In this thesis I trace analogies between music and architecture in plans, texts and music scores through extensive archive research. In parallel, I follow the evolution of “harmonic” analogy in some treatises of architecture (Vitruve, Alberti, Blondel, Le Corbusier) in order to point out the form that it takes in Xenakis' work. I analyse three of his major architectural works : Monastery of Tourette (1955), Philips Pavilion (1958) and Diatope (1978). I observe how mathematical permutations of a series of notes in Metastaseis (1953-54) and the notion of musical density establish an analogy with the distribution of the glass panels on the facades of the Monastery. In Metastaseis, Xenakis represents the strings' glissandi as tangent lines of ruled surfaces. I underline that the sound-space of this graphical score forms another type of analogy with its architecture: it shares the properties of order and continuity with the three-dimensional space of Philips' Pavilion, entirely constructed by hyperbolic paraboloids. Finally, i reconstruct the spatialisation of L'interlude Sonore and La Légende d'Eer which Xenakis conceives as a stereometric space, by representing the loudspeakers as points and the speed of sound as a line between them. Xenakis also establishes analogies when he uses his experiences of war and memories of natural phenomena in his music. I describe how the significance of the past to his creative process in architecture is evident when he reuses forms by changing their scale, their geometry or by just retaining basic principles.

Il n'y a pas de commentaire pour ce titre.

pour proposer un commentaire.