Vue normale Vue MARC vue ISBD

Cinéma et représentation historique : la creation de nouveaux sens historiques à partir de la perspective de Walter Benjamin / Natalia Roberta Taccetta ; [sous la direction de] Dr. Plínio Prado,.. et Dr. Marcelo Raffin,...,

Est une reproduction de: Cinéma et représentation historique / Natalia Roberta TaccettaAuteur principal: Taccetta, Natalia Roberta Auteur: Prado, Plínio ; Raffin, Marcelo Sergio (1968-....) ; Garcia, Jean-René, juriste (1970-....) ; Vermeren, Patrice (1949-....) ; Tozzi, Verónica ; Catanzaro, Gisela Langue: français ; du résumé, fre ; du résumé, eng.Pays: France.Editeur: Saint-Denis : Université de Paris VIII, 2017 • [Lieu de publication inconnu] : [éditeur inconnu], 2014Numéro national de thèse: 2014PA084175.Note de thèse: Thèse de doctorat, Philosophie, Paris 8, 2014, Reproduction deRésumé:

Cette thèse est basée sur l’importance de la dimension esthétique dans la construction du sens historique, tandis que les liens entre le passé, le présent et l’avenir, et analyse la relation entre la représentation historique, la subjectivité et le cinéma. De l'examen des Histoire(s) du cinéma (Jean-Luc Godard, 1988-1998), Shoah (Claude Lanzmann, 1985), Berlin Alexanderplatz (Rainer Werner Fassbinder, 1980) et Hitler, un film d'Allemagne (Hans -Jürgen Syberberg, 1977) tente d'évaluer la capacité du cinéaste à s'attaquer au problème de l'histoire en interrogeant les formes hégémoniques de représentation. Face à l'effondrement des histoires unifiés, les coordonnées spatio-temporelles sont radicalement modifiées et il y a besoin de moyens de présentation (dans le langage et l'art) plus en phase avec la chute de toute téléologie et de contester la représentation artistique et historique conventionnel. L'objectif est d'explorer le problème de la construction du sens historique et les possibilités du cinéaste de projeter des cadres de compréhension de l’histoire sans reproduire les significations historiques hégémoniques du modèle progressif. Elle s'appuie principalement à la perspective de Walter Benjamin, avec des approches à l'esthétique et à la philosophie de l'histoire comme la lecture du modernisme de Hayden White et l’écriture warburgienne de Georges Didi-Huberman pour revenir sur la relation entre l'art et la politique. La contribution originale de cette thèse tente à être double: d'abord, de repenser le lien entre le cinéma et l'histoire comme une matrice à partir de laquelle réfléchir sur la construction du sens historique dans la représentation esthétique; d'autre part, concevoir le cinéaste comme une «figure de la subjectivité» dans le sens de la conceptualisation figure / analogon de Giorgio Agamben, qui reprend la logique historique et s’inscrit artistique et politiquement dans le domaine de la culture contemporaine.

This thesis is based on the importance of the aesthetic dimension in the construction of historical meaning, namely the link between past, present and future, and explores the relationship between historical representation, subjectivity and cinema. From the exploration of Histoire(s) du cinéma (Jean -Luc Godard, 1988-1998), Shoah (Claude Lanzmann, 1985), Berlin Alexanderplatz (Rainer Werner Fassbinder, 1980) and Hitler, a film from Germany (Hans-Jürgen Syberberg, 1977), this thesis attempts to explore the ability of the filmmaker to face the problem of history by questioning hegemonic forms of representation. Faced with falling of unifying stories, temporo-spatial coordinates must be radically modified and need new ways of presentation (in language and art) more in tune with the fall of all teleologism and that could challenge the conventional representation. This thesis try to explore the problem of constructing historical meaning and possibilities of the filmmaker to project non-hegemonic frames of understanding of history and to propose alternative ways to the progressive historical model. It basically uses the perspective of Walter Benjamin, along with approaches to aesthetics and philosophy of history, such as the Hayden White's modernist reading of history and the George Didi-Huberman’s warburgian approaches to art history and aesthetics in order to retrace the relationship between art and politics. The original contribution of this thesis aims to be twofold: on the one hand, to rethink the link between cinema and history as a matrix from which to reflect on the construction of historical meaning in the aesthetic representation, and on the other hand, to propose the filmmaker as a "figure of subjectivity" in the sense of Giorgio Agamben’s conceptualization of figure/analogon, who rethink the historical logic and enroll himself artistically and politically in the field of contemporary culture.

Sujet - Nom de personne: Benjamin Walter Sujet - Nom commun: Représentation (philosophie) -- Thèses et écrits académiques


Tags de cette bibliothèque : Pas de tags pour ce titre. Connectez-vous pour ajouter des tags.
Type de document Site actuel Collection Cote Statut Date de retour prévue Code à barres Réservations
Thèse exclue du prêt BU – Saint-Denis
Consultable en ligne
Cinéma - SC Exclu du prêt 526672
Total des réservations: 0

Thèse soutenue en co-tutelle

Texte espagnol

Titre provenant de l'écran-titre

Publication autorisée par le jury

Ecole(s) Doctorale(s) : École doctorale Pratiques et théories du sens (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis)

Autre(s) contribution(s) : Jean-René Garcia, Plinio Prado, Patrice Vermeren, Veronica Tozzi, Gisela Catanzaro (Membre(s) du jury)

Reproduction de Thèse de doctorat Philosophie Paris 8 2014

Cette thèse est basée sur l’importance de la dimension esthétique dans la construction du sens historique, tandis que les liens entre le passé, le présent et l’avenir, et analyse la relation entre la représentation historique, la subjectivité et le cinéma. De l'examen des Histoire(s) du cinéma (Jean-Luc Godard, 1988-1998), Shoah (Claude Lanzmann, 1985), Berlin Alexanderplatz (Rainer Werner Fassbinder, 1980) et Hitler, un film d'Allemagne (Hans -Jürgen Syberberg, 1977) tente d'évaluer la capacité du cinéaste à s'attaquer au problème de l'histoire en interrogeant les formes hégémoniques de représentation. Face à l'effondrement des histoires unifiés, les coordonnées spatio-temporelles sont radicalement modifiées et il y a besoin de moyens de présentation (dans le langage et l'art) plus en phase avec la chute de toute téléologie et de contester la représentation artistique et historique conventionnel. L'objectif est d'explorer le problème de la construction du sens historique et les possibilités du cinéaste de projeter des cadres de compréhension de l’histoire sans reproduire les significations historiques hégémoniques du modèle progressif. Elle s'appuie principalement à la perspective de Walter Benjamin, avec des approches à l'esthétique et à la philosophie de l'histoire comme la lecture du modernisme de Hayden White et l’écriture warburgienne de Georges Didi-Huberman pour revenir sur la relation entre l'art et la politique. La contribution originale de cette thèse tente à être double: d'abord, de repenser le lien entre le cinéma et l'histoire comme une matrice à partir de laquelle réfléchir sur la construction du sens historique dans la représentation esthétique; d'autre part, concevoir le cinéaste comme une «figure de la subjectivité» dans le sens de la conceptualisation figure / analogon de Giorgio Agamben, qui reprend la logique historique et s’inscrit artistique et politiquement dans le domaine de la culture contemporaine.

This thesis is based on the importance of the aesthetic dimension in the construction of historical meaning, namely the link between past, present and future, and explores the relationship between historical representation, subjectivity and cinema. From the exploration of Histoire(s) du cinéma (Jean -Luc Godard, 1988-1998), Shoah (Claude Lanzmann, 1985), Berlin Alexanderplatz (Rainer Werner Fassbinder, 1980) and Hitler, a film from Germany (Hans-Jürgen Syberberg, 1977), this thesis attempts to explore the ability of the filmmaker to face the problem of history by questioning hegemonic forms of representation. Faced with falling of unifying stories, temporo-spatial coordinates must be radically modified and need new ways of presentation (in language and art) more in tune with the fall of all teleologism and that could challenge the conventional representation. This thesis try to explore the problem of constructing historical meaning and possibilities of the filmmaker to project non-hegemonic frames of understanding of history and to propose alternative ways to the progressive historical model. It basically uses the perspective of Walter Benjamin, along with approaches to aesthetics and philosophy of history, such as the Hayden White's modernist reading of history and the George Didi-Huberman’s warburgian approaches to art history and aesthetics in order to retrace the relationship between art and politics. The original contribution of this thesis aims to be twofold: on the one hand, to rethink the link between cinema and history as a matrix from which to reflect on the construction of historical meaning in the aesthetic representation, and on the other hand, to propose the filmmaker as a "figure of subjectivity" in the sense of Giorgio Agamben’s conceptualization of figure/analogon, who rethink the historical logic and enroll himself artistically and politically in the field of contemporary culture.

Nécessite un logiciel de visualisation PDF

Il n'y a pas de commentaire pour ce titre.

pour proposer un commentaire.