Vue normale Vue MARC vue ISBD

Conditions d'air : poïétique et politique des architectures de l'ambiance / Emmanuel Doutriaux ; sous la direction de Chris Younès

Auteur principal: Doutriaux, Emmanuel Auteur: Younès, Chris (1946-....) ; Bonnaud, Xavier (1960-....) ; Sauvageot, Anne ; Tixier, Nicolas (1966-....) ; Péneau, Jean-Pierre ; Jullien, François (1951-....) Langue: français ; du résumé, fre ; du résumé, eng.Pays: France.Editeur: 2015Numéro national de thèse: 2015PA080093.Note de thèse: Thèse de doctorat, Architectures paralleles, Paris 8, 2015, Résumé:

La recherche met en jeu la place accordée à l’espace en architecture. Etablissant celle-ci en un détachement disciplinaire et une langue propre, autour d’un sujet-œil dont le corps s’est absenté, le concept d’espace procède d’une double objectivation. Il apparaît assigné à la conception du pro-jet moderne. D’où l’hypothèse que « nous n’aurions-nous jamais été spatiaux », sinon au titre de cette vaine parenthèse.Champ opératoire de simulation, expression sensorielle et sensible, creuset des socialités, l’ambiance conduit à penser l’architecture comme potentialisation des subjectivations et des interrelations. Aussi son horizon se partage-t-il entre phénoménologie, sociologie de l’action située et philosophie pragmatiste.Traiter de l’air, cet invisible par nature, c’est embrasser les enjeux contemporains de la production architecturale, aux prises avec les injonctions contradictoires de l’échange aéraulique et du contrôle énergétique. C’est reconsidérer le construit au rythme du respiratoire. Au prisme de la poïétique, sont réinterrogées, sur le registre de la simulation, les modalités de perception et de production du milieu artefactuel qu’est l’architecture. Au titre d’une politique des ambiances, sur le plan de la conception de l’air, cette recherche investigue la problématique du commun, à l’abri de programmes ouverts pour architectures à forte capacité. Le travail donne lieu à l’examen critique des productions de Le Corbusier (Armée du Salut) et de Robain & Guieysse (Mie de Pain, Paris), de Christophe Amsler et de Philippe Rahm, de Sanaa (learning center, Lausanne) et de Lacaton & Vassal (école d’architecture, Nantes).

The research first explores the concept of space in architecture and how it establishes architecture as a separate subject with a language of its own, built around an ‘I - Eye’ whose body is absent. It rests upon a double objectivation and appears to belong to the conception of the modern pro-ject. Hence the hypothesis that ‘maybe we have never been spatial’, except within the borders set by that futile parenthesis.As an operational ground for simulation and for sensory and sensitive expression, a hub for social interplay, ambiance leads us to conceive architecture as a potentializer of subjectivations and interrelations. The concept unravels against the background of phenomenology, the sociology of situated actions and philosophical pragmatism. To take air as a subject, which is by its nature an invisible element means to embrace the issues of contemporary architectural production struggling with the contradictory demands of aeraulics and energy control. It means rethinking what is built according to the rhythm of breathing. The modes of perception and production in architecture’s artefactual settings are examined anew through the prism of poiesis and on the level of simulation. About our conception of air, understood within the framework of a politics of ambiance, the research investigates the problematics of the common, under the shelter of open programmes meant for high-capacity architectures. The work examines the productions of Le Corbusier (Armée du Salut), Robain & Guieysse (Mie de Pain, Paris), Christophe Amsler and Philippe Rahm, Sanaa (learning center, Lausanne) and Lacaton & Vassal (school of architecture, Nantes).

Sujet - Nom commun: Architecture -- Philosophie | Espace (architecture) -- Thèses et écrits académiques | Air -- Thèses et écrits académiques | Poïétique -- Thèses et écrits académiques | Bien commun -- Aspect politique -- Thèses et écrits académiques | Vingt et unième siècle -- Thèses et écrits académiques Sujet - Thésaurus: Architecture | Philosophie | Espace | Ambiance | Politique | Commun

Ressource en ligne: Accès réservé au texte intégral


Tags de cette bibliothèque : Pas de tags pour ce titre. Connectez-vous pour ajouter des tags.
Type de document Site actuel Collection Cote Statut Date de retour prévue Code à barres Réservations
Thèse exclue du prêt BU – Saint-Denis
Consultable en ligne
Arts plastiques - SA Exclu du prêt 510972
Total des réservations: 0

Titre provenant de l'écran-titre

Ecole(s) Doctorale(s) : École doctorale Pratiques et théories du sens (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis)

Partenaire(s) de recherche : Laboratoire sur l'architecture, la ville, l'urbanisme et l'environnement - GERPHAU (Equipe de recherche)

Autre(s) contribution(s) : Xavier Bonnaud (Président du jury) ; Chris Younès, Jean-Pierre Péneau, François Jullien (Membre(s) du jury) ; Anne Sauvageot, Nicolas Tixier (Rapporteur(s))

Thèse de doctorat Architectures paralleles Paris 8 2015

La recherche met en jeu la place accordée à l’espace en architecture. Etablissant celle-ci en un détachement disciplinaire et une langue propre, autour d’un sujet-œil dont le corps s’est absenté, le concept d’espace procède d’une double objectivation. Il apparaît assigné à la conception du pro-jet moderne. D’où l’hypothèse que « nous n’aurions-nous jamais été spatiaux », sinon au titre de cette vaine parenthèse.Champ opératoire de simulation, expression sensorielle et sensible, creuset des socialités, l’ambiance conduit à penser l’architecture comme potentialisation des subjectivations et des interrelations. Aussi son horizon se partage-t-il entre phénoménologie, sociologie de l’action située et philosophie pragmatiste.Traiter de l’air, cet invisible par nature, c’est embrasser les enjeux contemporains de la production architecturale, aux prises avec les injonctions contradictoires de l’échange aéraulique et du contrôle énergétique. C’est reconsidérer le construit au rythme du respiratoire. Au prisme de la poïétique, sont réinterrogées, sur le registre de la simulation, les modalités de perception et de production du milieu artefactuel qu’est l’architecture. Au titre d’une politique des ambiances, sur le plan de la conception de l’air, cette recherche investigue la problématique du commun, à l’abri de programmes ouverts pour architectures à forte capacité. Le travail donne lieu à l’examen critique des productions de Le Corbusier (Armée du Salut) et de Robain & Guieysse (Mie de Pain, Paris), de Christophe Amsler et de Philippe Rahm, de Sanaa (learning center, Lausanne) et de Lacaton & Vassal (école d’architecture, Nantes).

The research first explores the concept of space in architecture and how it establishes architecture as a separate subject with a language of its own, built around an ‘I - Eye’ whose body is absent. It rests upon a double objectivation and appears to belong to the conception of the modern pro-ject. Hence the hypothesis that ‘maybe we have never been spatial’, except within the borders set by that futile parenthesis.As an operational ground for simulation and for sensory and sensitive expression, a hub for social interplay, ambiance leads us to conceive architecture as a potentializer of subjectivations and interrelations. The concept unravels against the background of phenomenology, the sociology of situated actions and philosophical pragmatism. To take air as a subject, which is by its nature an invisible element means to embrace the issues of contemporary architectural production struggling with the contradictory demands of aeraulics and energy control. It means rethinking what is built according to the rhythm of breathing. The modes of perception and production in architecture’s artefactual settings are examined anew through the prism of poiesis and on the level of simulation. About our conception of air, understood within the framework of a politics of ambiance, the research investigates the problematics of the common, under the shelter of open programmes meant for high-capacity architectures. The work examines the productions of Le Corbusier (Armée du Salut), Robain & Guieysse (Mie de Pain, Paris), Christophe Amsler and Philippe Rahm, Sanaa (learning center, Lausanne) and Lacaton & Vassal (school of architecture, Nantes).

Il n'y a pas de commentaire pour ce titre.

pour proposer un commentaire.