Vue normale Vue MARC vue ISBD

Les musées de Napoléon III : une institution pour les arts (1849-1872) / Arnaud Bertinet ; [préface de Dominique Poulot]

Autre édition sur le même support: La politique artistique du Second Empire / Arnaud BertinetAutre édition sur un support différent: La politique artistique du Second Empire / par Arnaud Bertinet, 167651323Auteur principal: Bertinet, Arnaud (1977-....) Auteur: Poulot, Dominique Langue: français.Pays: France.Editeur: Paris : Mare & Martin, DL 2015, cop. 2015Description: 1 vol. (677 p.) ; 24 cmISBN: 979-10-92054-32-3. Localiser ce document dans le SUDOC Note de thèse: Thèse de doctorat, Histoire de l'art, Paris 1, 2011, Texte remanié deRésumé:

« Images du temps, reflets d'une société, les musées français sous le Second Empire font montre d'une incroyable vitalité. La direction des musées impériaux, qui regroupe les musées du Louvre, de Versailles, du Luxembourg et chapote les musées de province est le cadre principal de cet ouvrage qui cherche à appréhender l'institutionnalisation des musées à l'époque de Napoléon III. Les musées impériaux connaissent alors une période de stabilité sans précédent qui leur permet de se développer dans un Louvre transformé, et de suivre la voie tracée par les régimes précédents. Cette période de l'histoire est aussi propice à un certain nombre de créations : le musée des Souverains, le musée Napoléon III et le musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye. La province, par l'ampleur des fondations et des envois d'oeuvres, l'action de figures étonnantes, constitue un catalyseur du transfert du rôle des musées, sublimé par les premières constructions muséales françaises. Enfin, la prise de conscience patrimoniale aboutit en 1870 à la première tentative de protection des collections d'une nation lors d'un conflit international et à l'évacuation des collections du Louvre. Aussi, comment d'un instrument politique de la munificence du souverain qu'était le musée au début du régime impérial, celui-ci devient le symbole d'une volonté publique d'édification au service de l'utilité nationale ? Cette question de l'institutionnalisation du musée, du politique vers le social, de la monstration vers la vulgarisation est au centre de ce livre. » [Source : 4e de couv.]

Bibliographie: Bibliogr. p. 603-653. Notes bibliogr. Index.Sujet - Nom de personne: Napoléon III -- Et l'art Sujet - Nom commun: Art -- Politique publique -- France -- 19e siècle | Musées -- Politique publique -- France -- 19e siècle | Politique culturelle -- France -- 19e siècle


Ce document apparaît dans la/les liste(s) : Le Patrimoine : histoire et pratiques
Tags de cette bibliothèque : Pas de tags pour ce titre. Connectez-vous pour ajouter des tags.
Type de document Site actuel Collection Cote Statut Date de retour prévue Code à barres Réservations
Livre empruntable BU – Saint-Denis
Salle rose
Arts plastiques - SA 7:069 BER (Parcourir l'étagère (Ouvrir ci-dessous)) Disponible 025645952
Total des réservations: 0

Bibliogr. p. 603-653. Notes bibliogr. Index

Texte remanié de Thèse de doctorat Histoire de l'art Paris 1 2011

« Images du temps, reflets d'une société, les musées français sous le Second Empire font montre d'une incroyable vitalité. La direction des musées impériaux, qui regroupe les musées du Louvre, de Versailles, du Luxembourg et chapote les musées de province est le cadre principal de cet ouvrage qui cherche à appréhender l'institutionnalisation des musées à l'époque de Napoléon III. Les musées impériaux connaissent alors une période de stabilité sans précédent qui leur permet de se développer dans un Louvre transformé, et de suivre la voie tracée par les régimes précédents. Cette période de l'histoire est aussi propice à un certain nombre de créations : le musée des Souverains, le musée Napoléon III et le musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye. La province, par l'ampleur des fondations et des envois d'oeuvres, l'action de figures étonnantes, constitue un catalyseur du transfert du rôle des musées, sublimé par les premières constructions muséales françaises. Enfin, la prise de conscience patrimoniale aboutit en 1870 à la première tentative de protection des collections d'une nation lors d'un conflit international et à l'évacuation des collections du Louvre. Aussi, comment d'un instrument politique de la munificence du souverain qu'était le musée au début du régime impérial, celui-ci devient le symbole d'une volonté publique d'édification au service de l'utilité nationale ? Cette question de l'institutionnalisation du musée, du politique vers le social, de la monstration vers la vulgarisation est au centre de ce livre. » [Source : 4e de couv.]

Il n'y a pas de commentaire pour ce titre.

pour proposer un commentaire.