Vue normale Vue MARC vue ISBD

Paroles reçues / Gérald Berthoud, Giovanni Busino : Du bon usage des sciences sociales

Autre édition sur un support différent: Paroles reçuesAuteur principal: Berthoud, Gérald Co-auteur: Busino, Giovanni Langue: français.Pays: France.Editeur: Genève 12, 11, rue Firmin-Massot 1211 : Librairie Droz, 2015ISBN: 978-2-600-00453-4. Localiser ce document dans le SUDOC Collection: Travaux de Sciences SocialesRésumé:

De nombreux représentants des savoirs sur les sociétés cultivent une ignorance plus ou moins assumée des œuvres de leurs prédécesseurs, même les plus récentes. Persuadés qu'un tel effort ne serait qu'une perte de temps, ils en viennent à faire le pari de l'expertise, pour dire comment gérer les relations sociales. La pertinence intellectuelle et culturelle des sciences sociales tend ainsi à se dissiper sous la pression contradictoire du scientisme et du rationalisme, d'une part, et de la superficialité de l'empirisme, d'autre part. Que faire ? Une voie modeste et sans doute préalable à tout autre engagement réside dans la pratique systématique du dialogue. A la fois avec les œuvres d'auteurs « classiques » et avec les travaux de penseurs contemporains. Se familiariser ainsi avec un tel patrimoine intellectuel, c'est reconnaître sa dette envers toute une tradition. Mais c'est aussi montrer combien la méconnaissance fait redécouvrir, souvent de manière simplifiée, des élaborations conceptuelles et théoriques majeures. Ou encore, c'est tenter d'actualiser des travaux tombés dans l'oubli, malgré leur indéniable pertinence pour saisir la réalité actuelle. Dans tous les cas, il ne s'agit certes pas d'envisager un tel héritage dans une perspective conservatrice. Cette relation au passé ne s'inscrit nullement dans les limites de l'érudition ; elle relève au contraire d'un véritable défi dialogique, pour nourrir la compréhension de notre vécu individuel et collectif et pour nous aider à réfléchir sur l'avenir. Avec les auteurs contemporains, le dialogue doit obéir aux mêmes principes. Mais pour pouvoir mettre ainsi en perspective notre vécu du présent, encore faudrait-il ne pas être foncièrement prisonnier d'un temps et d'une société, pour penser l'autre et l'ailleurs et, en retour, pour se penser soi-même. Un savoir légitime sur l'homme et la société doit impérativement concevoir l'humanité à la fois dans son unité et dans sa diversité. Reconnaître dans le présent la permanence du passé et dégager les principes de notre condition humaine, au-delà de la diversité des sociétés et des cultures, c'est rejeter toute distinction radicale entre l'histoire, l'anthropologie et la sociologie. Telle devrait être l'exigence primordiale, pour contribuer à la construction d'un savoir effectif sur la complexité humaine. Les textes qui suivent se présentent comme autant d'éléments pour tendre vers un tel idéal

Ressource en ligne: Accès au texte intégral


Tags de cette bibliothèque : Pas de tags pour ce titre. Connectez-vous pour ajouter des tags.
Type de document Site actuel Collection Cote Statut Date de retour prévue Code à barres Réservations
Livre électronique BU – Saint-Denis
Consultable en ligne
Sociologie - E Disponible
Total des réservations: 0

Titre provenant de l'écran d'accueil

L'accès complet à la ressource est réservé aux usagers des établissements qui en ont fait l'acquisition

De nombreux représentants des savoirs sur les sociétés cultivent une ignorance plus ou moins assumée des œuvres de leurs prédécesseurs, même les plus récentes. Persuadés qu'un tel effort ne serait qu'une perte de temps, ils en viennent à faire le pari de l'expertise, pour dire comment gérer les relations sociales. La pertinence intellectuelle et culturelle des sciences sociales tend ainsi à se dissiper sous la pression contradictoire du scientisme et du rationalisme, d'une part, et de la superficialité de l'empirisme, d'autre part. Que faire ? Une voie modeste et sans doute préalable à tout autre engagement réside dans la pratique systématique du dialogue. A la fois avec les œuvres d'auteurs « classiques » et avec les travaux de penseurs contemporains. Se familiariser ainsi avec un tel patrimoine intellectuel, c'est reconnaître sa dette envers toute une tradition. Mais c'est aussi montrer combien la méconnaissance fait redécouvrir, souvent de manière simplifiée, des élaborations conceptuelles et théoriques majeures. Ou encore, c'est tenter d'actualiser des travaux tombés dans l'oubli, malgré leur indéniable pertinence pour saisir la réalité actuelle. Dans tous les cas, il ne s'agit certes pas d'envisager un tel héritage dans une perspective conservatrice. Cette relation au passé ne s'inscrit nullement dans les limites de l'érudition ; elle relève au contraire d'un véritable défi dialogique, pour nourrir la compréhension de notre vécu individuel et collectif et pour nous aider à réfléchir sur l'avenir. Avec les auteurs contemporains, le dialogue doit obéir aux mêmes principes. Mais pour pouvoir mettre ainsi en perspective notre vécu du présent, encore faudrait-il ne pas être foncièrement prisonnier d'un temps et d'une société, pour penser l'autre et l'ailleurs et, en retour, pour se penser soi-même. Un savoir légitime sur l'homme et la société doit impérativement concevoir l'humanité à la fois dans son unité et dans sa diversité. Reconnaître dans le présent la permanence du passé et dégager les principes de notre condition humaine, au-delà de la diversité des sociétés et des cultures, c'est rejeter toute distinction radicale entre l'histoire, l'anthropologie et la sociologie. Telle devrait être l'exigence primordiale, pour contribuer à la construction d'un savoir effectif sur la complexité humaine. Les textes qui suivent se présentent comme autant d'éléments pour tendre vers un tel idéal

Accès par internet. Logiciel Adobe Acrobat Reader 6.0 et plus

Il n'y a pas de commentaire pour ce titre.

pour proposer un commentaire.