Vue normale Vue MARC vue ISBD

La philosophie de la médecine d'Auguste Comte / Jean-François Braunstein : Vaches carnivores, Vierge Mère et morts vivants

Autre édition sur un support différent: La philosophie de la médecine d'Auguste Comte / Jean-François Braunstein, 132628619Auteur principal: Braunstein, Jean-François Langue: français.Pays: France.Editeur: Paris, 6, avenue Reille 75685 : P.U.F, 2015ISBN: 978-2-13-073931-9 ; . Localiser ce document dans le SUDOC Collection: Science, histoire et sociétéRésumé:

Auguste Comte, l'inventeur du « positivisme », n'est pas un philosophe positiviste des sciences comme les autres. L'importance qu'il accorde à l'histoire des sciences, sa critique de la « méthode » et du « psychologisme », son attention à la diversité et à l'irréductibilité des sciences, ses objectifs politiques annoncent bien plutôt une pensée « post-positiviste », illustrée par Georges Canguilhem ou Michel Foucault. De même l'inspiration biologique et médicale du système comtien est particulièrement moderne. La biologie sert de modèle à la sociologie, avec les notions d'organisme et surtout de milieu. Avec la philosophie comtienne de la « médecine synthétique », le cerveau devient pour la première fois un objet philosophique à part entière. Et la politique de l'avenir est décrite comme une « biocratie », une politique de la vie et de la santé, que Comte résume en trois « utopies positives » : longévité indéfinie, « vaches carnivores » et « Vierge Mère », c'est-à-dire procréation artificielle. Comte est enfin le fondateur d'une religion étrange, organisée autour d'un véritable culte des morts, censés « gouverner les vivants », qui inspira aussi bien Barrès que Houellebecq. L'un des trois aphorismes de cette religion, « ordre et progrès », figure toujours sur le drapeau brésilien. Les deux autres, « vivre pour autrui » et « vivre au grand jour », sont des impératifs aujourd'hui trop peu discutés. Étudier ces aspects méconnus, et étonnamment contemporains, de l'œuvre d'Auguste Comte permet sans doute de mieux comprendre notre présent, et de le juger

Sujet - Nom de personne: Comte Auguste -- Contribution à la philosophie des sciences Sujet - Nom commun: Philosophie des sciences -- 19e siècle | Médecine -- Philosophie -- 19e siècle

Ressource en ligne: Accès au texte intégral


Tags de cette bibliothèque : Pas de tags pour ce titre. Connectez-vous pour ajouter des tags.
Type de document Site actuel Collection Cote Statut Date de retour prévue Code à barres Réservations
Livre électronique BU – Saint-Denis
Consultable en ligne
Usuels Généralités - U Disponible
Total des réservations: 0

Titre provenant de l'écran d'accueil

L'accès complet à la ressource est réservé aux usagers des établissements qui en ont fait l'acquisition

Auguste Comte, l'inventeur du « positivisme », n'est pas un philosophe positiviste des sciences comme les autres. L'importance qu'il accorde à l'histoire des sciences, sa critique de la « méthode » et du « psychologisme », son attention à la diversité et à l'irréductibilité des sciences, ses objectifs politiques annoncent bien plutôt une pensée « post-positiviste », illustrée par Georges Canguilhem ou Michel Foucault. De même l'inspiration biologique et médicale du système comtien est particulièrement moderne. La biologie sert de modèle à la sociologie, avec les notions d'organisme et surtout de milieu. Avec la philosophie comtienne de la « médecine synthétique », le cerveau devient pour la première fois un objet philosophique à part entière. Et la politique de l'avenir est décrite comme une « biocratie », une politique de la vie et de la santé, que Comte résume en trois « utopies positives » : longévité indéfinie, « vaches carnivores » et « Vierge Mère », c'est-à-dire procréation artificielle. Comte est enfin le fondateur d'une religion étrange, organisée autour d'un véritable culte des morts, censés « gouverner les vivants », qui inspira aussi bien Barrès que Houellebecq. L'un des trois aphorismes de cette religion, « ordre et progrès », figure toujours sur le drapeau brésilien. Les deux autres, « vivre pour autrui » et « vivre au grand jour », sont des impératifs aujourd'hui trop peu discutés. Étudier ces aspects méconnus, et étonnamment contemporains, de l'œuvre d'Auguste Comte permet sans doute de mieux comprendre notre présent, et de le juger

Accès par internet. Logiciel Adobe Acrobat Reader 6.0 et plus

Il n'y a pas de commentaire pour ce titre.

pour proposer un commentaire.