Vue normale Vue MARC vue ISBD

Le comique et le tragique / Michel Meyer : Penser le théâtre et son histoire

Autre édition sur un support différent: Le comique et le tragique / Michel Meyer, 086457527Auteur principal: Meyer, Michel Langue: français.Pays: France.Editeur: Paris, 6, avenue Reille 75685 : P.U.F, 2014ISBN: 978-2-13063-593-2. Localiser ce document dans le SUDOC Collection: QuadrigeRésumé:

« Michel Meyer n'écrit pas seulement une histoire du théâtre, mais une histoire de notre civilisation. Si la scène est bien ce lieu où une société s'observe et se réfléchit, il y a des époques sans la moindre remise en question, donc des époques sans théâtre, et des époques d'intense questionnement, donc des époques de grand théâtre. Le théâtre serait le fruit des temps qui voient l'histoire s'accélérer et les repères s'effacer… Cet ouvrage vous donnera des angles nouveaux, des envies de sorties, de lectures, de découvertes et de redécouvertes. » (Eric-Emmanuel Schmitt) * Honorant l'illustre héritage de Bergson et de Freud, Michel Meyer réinterroge les sources du comique, compris non comme l'endroit du tragique, mais bien plutôt comme un genre littéraire à part entière. Se gardant de l'écueil de l'érudition encyclopédique, l'auteur appréhende l'évolution du théâtre en termes d'identité ou d'identification (substituabilité), et de différence ou de mise à distance. Guidé par une exigence de rationalité et une conception de la philosophie comme, selon sa formule, « théorie du questionnement et des problèmes », il met en œuvre une nouvelle grille de lecture, celle de la problématologie, et considère l'histoire du théâtre comme un « affaiblissement du refoulement problématologique », en ce lieu privilégié des « accélérations de l'histoire », ce miroir social et civilisationnel que la scène incarne. Dans la première partie « Esthétique de la représentation », il revient sur les dénominations génériques de « drame », « farce », « tragédie », « comédie », etc., sur leur pertinence et leur transgression, ainsi que sur la spécificité du rire conçu comme une énigme, ce phénomène proprement humain, ainsi que sur ses présupposés ou sur la valeur esthétique qui peut être la sienne. Puis, il associe à ces grandes questions fondamentales une réflexion transhistorique intitulée « Structures et ruptures : les grandes étapes de l'histoire du théâtre ». Dans cette partie, il revient sur les grands mouvements et tournants du théâtre, du théâtre grec à celui de la modernité, en passant par la révolution qu'opère la Renaissance ou l'évolution de la comédie, de Shakespeare à Beaumarchais et de Molière à Lessing. De siècle en siècle et d'une esthétique à l'autre, c'est au scalpel qu'il analyse les époques et les transformations qu'elles engendrent. Dans ce brillant ouvrage, qui n'est ni un recueil d'anecdotes ni un traité doctrinaire, pour reprendre les termes d'Eric-Emmanuel Schmitt, Michel Meyer allie la profondeur de l'analyse philosophique à la technicité du littéraire et déploie ses commentaires sur de larges et abondants exemples tirés de pièces de théâtre, associant ainsi précision et souci d'exhaustivité. Une réflexion riche sur deux données fondamentales du théâtre qui s'adresse tout aussi bien à l'étudiant de lettres qu'à tous les amateurs de théâtre désireux d'enrichir leur expérience et leurs connaissances par une lecture éclairée, détaillée et problématisée. (C. Stavaux)

Sujet - Nom commun: Théâtre -- Histoire et critique | Théâtre -- Thèmes, motifs | Théâtre (genre littéraire) -- Esthétique

Ressource en ligne: Accès au texte intégral


Tags de cette bibliothèque : Pas de tags pour ce titre. Connectez-vous pour ajouter des tags.
Type de document Site actuel Collection Cote Statut Date de retour prévue Code à barres Réservations
Livre électronique BU – Saint-Denis
Consultable en ligne
Usuels Généralités - U Disponible
Total des réservations: 0

Titre provenant de l'écran d'accueil

L'accès complet à la ressource est réservé aux usagers des établissements qui en ont fait l'acquisition

« Michel Meyer n'écrit pas seulement une histoire du théâtre, mais une histoire de notre civilisation. Si la scène est bien ce lieu où une société s'observe et se réfléchit, il y a des époques sans la moindre remise en question, donc des époques sans théâtre, et des époques d'intense questionnement, donc des époques de grand théâtre. Le théâtre serait le fruit des temps qui voient l'histoire s'accélérer et les repères s'effacer… Cet ouvrage vous donnera des angles nouveaux, des envies de sorties, de lectures, de découvertes et de redécouvertes. » (Eric-Emmanuel Schmitt) * Honorant l'illustre héritage de Bergson et de Freud, Michel Meyer réinterroge les sources du comique, compris non comme l'endroit du tragique, mais bien plutôt comme un genre littéraire à part entière. Se gardant de l'écueil de l'érudition encyclopédique, l'auteur appréhende l'évolution du théâtre en termes d'identité ou d'identification (substituabilité), et de différence ou de mise à distance. Guidé par une exigence de rationalité et une conception de la philosophie comme, selon sa formule, « théorie du questionnement et des problèmes », il met en œuvre une nouvelle grille de lecture, celle de la problématologie, et considère l'histoire du théâtre comme un « affaiblissement du refoulement problématologique », en ce lieu privilégié des « accélérations de l'histoire », ce miroir social et civilisationnel que la scène incarne. Dans la première partie « Esthétique de la représentation », il revient sur les dénominations génériques de « drame », « farce », « tragédie », « comédie », etc., sur leur pertinence et leur transgression, ainsi que sur la spécificité du rire conçu comme une énigme, ce phénomène proprement humain, ainsi que sur ses présupposés ou sur la valeur esthétique qui peut être la sienne. Puis, il associe à ces grandes questions fondamentales une réflexion transhistorique intitulée « Structures et ruptures : les grandes étapes de l'histoire du théâtre ». Dans cette partie, il revient sur les grands mouvements et tournants du théâtre, du théâtre grec à celui de la modernité, en passant par la révolution qu'opère la Renaissance ou l'évolution de la comédie, de Shakespeare à Beaumarchais et de Molière à Lessing. De siècle en siècle et d'une esthétique à l'autre, c'est au scalpel qu'il analyse les époques et les transformations qu'elles engendrent. Dans ce brillant ouvrage, qui n'est ni un recueil d'anecdotes ni un traité doctrinaire, pour reprendre les termes d'Eric-Emmanuel Schmitt, Michel Meyer allie la profondeur de l'analyse philosophique à la technicité du littéraire et déploie ses commentaires sur de larges et abondants exemples tirés de pièces de théâtre, associant ainsi précision et souci d'exhaustivité. Une réflexion riche sur deux données fondamentales du théâtre qui s'adresse tout aussi bien à l'étudiant de lettres qu'à tous les amateurs de théâtre désireux d'enrichir leur expérience et leurs connaissances par une lecture éclairée, détaillée et problématisée. (C. Stavaux)

HTML et SWF

Accès par internet. Logiciel Adobe Acrobat Reader 6.0 et plus

Il n'y a pas de commentaire pour ce titre.

pour proposer un commentaire.