Vue normale Vue MARC vue ISBD

La cité scientifique de Doubna : de la "ville idéale" soviétique à la vitrine du renouveau de la Russie contemporaine, étude d'un territoire d'innovation mis au service d'un discours de puissance / Kevin Limonier ; sous la direction de Béatrice Giblin et de Jean-Robert Raviot

Auteur principal: Limonier, Kevin Co-auteur: Giblin, Béatrice ; Raviot, Jean-Robert ; Blum, Alain (1958-....) ; Thorez, Pierre (1946-....) ; Vaissié, Cécile (1962-....) ; Filler, André (1974-....) Collectivité co-auteur: Université de Paris VIII ; École doctorale Sciences sociales, Saint-Denis, Seine-Saint-Denis ; Institut français de géopolitique, Saint-Denis, Seine-Saint-Denis Langue: français ; du résumé, fre ; du résumé, eng.Pays: France.Editeur: 2014Numéro national de thèse: 2014PA080012.Note de thèse: Thèse de doctorat, Géopolitique, Paris 8, 2014, Résumé:

Depuis sa fondation officielle en 1956, la ville de Doubna s'est développée dans des conditions exceptionnelles. A l'époque soviétique, elle était l'un des principaux centres de recherche nucléaire du monde socialiste, et de nombreux étrangers y vivaient. Après 1991, cette « vitrine » d'un système désormais disparu a su négocier la transition des années 1990 en misant sur le développement des hautes technologies. Dans les années 2000, le pouvoir central s'est intéressé aux succès de cette ville dans un contexte de mise en scène du renouveau de la Russie comme grande puissance capable de surmonter les défis de la transition post-soviétique. Moscou y a financé de très importants chantiers d'aménagement afin de capitaliser le « potentiel intellectuel et scientifique » hérité de l'époque soviétique, si bien que la presse a pu qualifier Doubna de « Silicon Valley » russe. Aujourd'hui, cette petite ville transformée par les programmes fédéraux de relance est néanmoins confrontée à d'importants problèmes, comme celui de la corruption et d'une défiance grandissante de la population vis-à-vis du pouvoir. Grâce à la méthode géopolitique ce travail se propose de questionner, à travers une étude monographique détaillée, les processus ayant conduit à la constitution d'un territoire d'exception, et de comprendre comment cette représentation méliorative est utilisée par divers acteurs dans des rivalités de pouvoir à plusieurs échelles géographiques. Plus largement, l'objet de ce travail est d'analyser les dynamiques de production et d'instrumentalisation de l'idée de « puissance » russe à travers l'étude d'une ville qui fut créée pour l'incarner dans le domaine scientifique et technologique.

Since it was officially founded in 1956 at 120 km north from Moscow, the city of Dubna's development is exceptionnal. During the Soviet era, this city was one of the major nuclear research centers of the socialist world. After the collapse of USSR, this former « showcase » of a disappeared system managed to survive as an exception by developping high-tech industries. In the 2000s, central power became interested by this small city, as it could be useful for its strategy of putting the country back as a « major world power ». Thus, Moscow funded many important projects in Dubna, especially for capitlizing « scientifical and intellectual potential » inherited from the Soviet era. Today, this town is so transformed by this massive funding policy that it has been called « Russian Silicon Valley » for a while. But Dubna is facing many problems, like corruption or a growing disapproval of political elites by the population. Thanks to the geopolitical approach, this work interrogates the processes that led to the creation of territory presented as exceptionnal, and how this representation of exception is used by several actors in rivalries of power at different geographical scales. In a wider perspective, the purpose of this work is to analyse production and exploitation of the official russian idea of « power » throught the case study of a city that was created to fulfill this aspiration.

Sujet - Nom commun: Géopolitique -- Russie | Géographie -- Innovations technologiques | Aménagement du territoire | Génie nucléaire Sujet - Nom géographique: URSS -- 1945-1991 Sujet - Forme: Thèses et écrits académiques Sujet - Thésaurus: Russie | Innovation | Physique | Technologie | Aménagement | Union Soviétique

Ressource en ligne: Accès réservé au texte intégral


Tags de cette bibliothèque : Pas de tags pour ce titre. Connectez-vous pour ajouter des tags.
Type de document Site actuel Collection Cote Statut Date de retour prévue Code à barres Réservations
Thèse exclue du prêt BU – Saint-Denis
Consultable en ligne
Géographie - X Exclu du prêt 490146
Total des réservations: 0

Titre provenant de l'écran-titre

Ecole(s) Doctorale(s) : École doctorale Sciences sociales (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis)

Partenaire(s) de recherche : Institut français de géopolitique (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis) (Equipe de recherche), Centre de recherche et d'analyse géopolitique (CRAG) (Equipe de recherche)

Autre(s) contribution(s) : Alain Blum (Président du jury) ; Béatrice Giblin, Jean-Robert Raviot, André Filler (Membre(s) du jury) ; Pierre Thorez, Cécile Vaissié (Rapporteur(s))

Thèse de doctorat Géopolitique Paris 8 2014

Depuis sa fondation officielle en 1956, la ville de Doubna s'est développée dans des conditions exceptionnelles. A l'époque soviétique, elle était l'un des principaux centres de recherche nucléaire du monde socialiste, et de nombreux étrangers y vivaient. Après 1991, cette « vitrine » d'un système désormais disparu a su négocier la transition des années 1990 en misant sur le développement des hautes technologies. Dans les années 2000, le pouvoir central s'est intéressé aux succès de cette ville dans un contexte de mise en scène du renouveau de la Russie comme grande puissance capable de surmonter les défis de la transition post-soviétique. Moscou y a financé de très importants chantiers d'aménagement afin de capitaliser le « potentiel intellectuel et scientifique » hérité de l'époque soviétique, si bien que la presse a pu qualifier Doubna de « Silicon Valley » russe. Aujourd'hui, cette petite ville transformée par les programmes fédéraux de relance est néanmoins confrontée à d'importants problèmes, comme celui de la corruption et d'une défiance grandissante de la population vis-à-vis du pouvoir. Grâce à la méthode géopolitique ce travail se propose de questionner, à travers une étude monographique détaillée, les processus ayant conduit à la constitution d'un territoire d'exception, et de comprendre comment cette représentation méliorative est utilisée par divers acteurs dans des rivalités de pouvoir à plusieurs échelles géographiques. Plus largement, l'objet de ce travail est d'analyser les dynamiques de production et d'instrumentalisation de l'idée de « puissance » russe à travers l'étude d'une ville qui fut créée pour l'incarner dans le domaine scientifique et technologique.

Since it was officially founded in 1956 at 120 km north from Moscow, the city of Dubna's development is exceptionnal. During the Soviet era, this city was one of the major nuclear research centers of the socialist world. After the collapse of USSR, this former « showcase » of a disappeared system managed to survive as an exception by developping high-tech industries. In the 2000s, central power became interested by this small city, as it could be useful for its strategy of putting the country back as a « major world power ». Thus, Moscow funded many important projects in Dubna, especially for capitlizing « scientifical and intellectual potential » inherited from the Soviet era. Today, this town is so transformed by this massive funding policy that it has been called « Russian Silicon Valley » for a while. But Dubna is facing many problems, like corruption or a growing disapproval of political elites by the population. Thanks to the geopolitical approach, this work interrogates the processes that led to the creation of territory presented as exceptionnal, and how this representation of exception is used by several actors in rivalries of power at different geographical scales. In a wider perspective, the purpose of this work is to analyse production and exploitation of the official russian idea of « power » throught the case study of a city that was created to fulfill this aspiration.

Il n'y a pas de commentaire pour ce titre.

pour proposer un commentaire.