Vue normale Vue MARC vue ISBD

Territoires entre-deux : agencements, biopolitique et junkspace / Alice Finichiu ; sous la direction de Chris Younès et de Carine Jacques

Auteur principal: Finichiu, Alice Auteur: Younès, Chris (1946-....) ; Jacques, Carine ; Vanderburgh, David John Theodor ; Paquot, Thierry (1952-....) ; Antonioli, Manola (1968-....) ; Sterno, Jean-Marc Langue: français ; du résumé, fre ; du résumé, eng.Pays: France.Editeur: 2014Numéro national de thèse: 2014PA080005.Note de thèse: Thèse de doctorat, Architecture, Paris 8, 2014, Note de thèse: Thèse de doctorat, Architecture, Université libre de Bruxelles (1970-....), 2014, Résumé:

Le diagnostic de Rem Koolhaas sur les métropoles actuelles montre une ville générique, sans fin, sans identité, sans passé, sans rues, la seule activité qui reste est le shopping et la condition « in-transit » devient universelle. À cette analyse manque une partie très importante, la condition biopolitique de la métropole, qui expliquerait plusieurs des caractéristiques de ce Junkspace, comme le fait qu’il contient la possibilité de résistance face au générique. À la lumière de ce constat et suivant les directions de pensée que Gilles Deleuze et Félix Guattari ouvrent dans Mille Plateaux, cette thèse propose d’identifier les intervalles témoignant de la dimension biopolitique du Junkspace au travers d’une mobilisation de la théorie des agencements comme hypothèse pour la théorie architecturale et urbaine. Le postulat général est que ces intervalles seraient des territoires entre-deux qui fonctionneraient comme des laboratoires d’agencements témoignant d’une pratique architecturale politique redéfinissant le rôle même de l’architecte. Trois axes de recherche sont déployés. Le premier interroge la pertinence d’une pensée architecturale en termes d’agencements dans le contexte des transformations actuelles des territoires. À la suite d’un croisement avec la pensée de Deleuze et Guattari l’architecture se comprend dans son processus d’agencement et réagencement. Le second axe interroge la dimension biopolitique du Junkspace identifiant les points critiques de ses agencements et évaluant le paradoxe de l’entre-deux. Le troisième axe met à l’épreuve le potentiel des territoires entre-deux de créer des opportunités pour de nouvelles configurations spatiales.

Rem Koolhaas’s diagnostic of the modern metropolis shows a generic city with no end, no identity, no past, no streets where the only activity remaining is shopping and the « in-transit » condition is becoming universal. An important part is missing from this analysis: the biopolitical condition of the metropolis, that could explain a number of Junkspace’s characteristics, like the fact that it contains the possibility to resist the generic condition. In the light of this review and in accordance with the philosophical directions that Gilles Deleuze and Félix Guattari draw in A Thousand Plateaus, this research intends to identify the intervals witnessing the biopolitical dimension of Junkspace by rallying the assemblage theory as hypothesis for the architectural and urban theory. The general postulate is that these intervals are in-between territories functioning as laboratories of assemblages that show a political and resistant architectural practice redefining the very part of the architect. Three lines of research are deployed. The first one questions the relevance of an architectural assemblage thinking in the context of the current territorial transformations. Operating a crossing with Deleuze and Guattari’s thought, architecture is understood as a process of assembling and re-assembling. The second line of research is questioning the biopolitical dimension of Junkspace identifying the critical points of its assemblages and evaluating the in-between paradox. The third research line is testing the in-between territories potential to create opportunities for new spatial configurations.

Sujet - Nom de personne: Deleuze Gilles -- Thèses et écrits académiques | Guattari Félix -- Thèses et écrits académiques Sujet - Nom commun: Urbanisme -- Philosophie | Biopolitique -- Thèses et écrits académiques | Agglomérations urbaines -- Aménagement -- Thèses et écrits académiques Sujet - Thésaurus: Territoire entre-deux | Agencement | Post-politique | Junkspace | Interstice

Ressource en ligne: Accès réservé au texte intégral


Tags de cette bibliothèque : Pas de tags pour ce titre. Connectez-vous pour ajouter des tags.
Type de document Site actuel Collection Cote Statut Date de retour prévue Code à barres Réservations
Thèse exclue du prêt BU – Saint-Denis
Consultable en ligne
Arts plastiques - SA Exclu du prêt 489386
Total des réservations: 0

Thèse soutenue en co-tutelle

Titre provenant de l'écran-titre

Ecole(s) Doctorale(s) : École doctorale Pratiques et théories du sens (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis)

Partenaire(s) de recherche : Laboratoires d'études et de recherches sur les logiques contemporaines de la philosophie (Equipe de recherche)

Autre(s) contribution(s) : David John Theodor Vanderburgh (Président du jury) ; Chris Younès, Manola Antonioli, Jean-Marc Sterno (Membre(s) du jury) ; Thierry Paquot (Rapporteur(s))

Thèse de doctorat Architecture Paris 8 2014

Thèse de doctorat Architecture Université libre de Bruxelles (1970-....) 2014

Le diagnostic de Rem Koolhaas sur les métropoles actuelles montre une ville générique, sans fin, sans identité, sans passé, sans rues, la seule activité qui reste est le shopping et la condition « in-transit » devient universelle. À cette analyse manque une partie très importante, la condition biopolitique de la métropole, qui expliquerait plusieurs des caractéristiques de ce Junkspace, comme le fait qu’il contient la possibilité de résistance face au générique. À la lumière de ce constat et suivant les directions de pensée que Gilles Deleuze et Félix Guattari ouvrent dans Mille Plateaux, cette thèse propose d’identifier les intervalles témoignant de la dimension biopolitique du Junkspace au travers d’une mobilisation de la théorie des agencements comme hypothèse pour la théorie architecturale et urbaine. Le postulat général est que ces intervalles seraient des territoires entre-deux qui fonctionneraient comme des laboratoires d’agencements témoignant d’une pratique architecturale politique redéfinissant le rôle même de l’architecte. Trois axes de recherche sont déployés. Le premier interroge la pertinence d’une pensée architecturale en termes d’agencements dans le contexte des transformations actuelles des territoires. À la suite d’un croisement avec la pensée de Deleuze et Guattari l’architecture se comprend dans son processus d’agencement et réagencement. Le second axe interroge la dimension biopolitique du Junkspace identifiant les points critiques de ses agencements et évaluant le paradoxe de l’entre-deux. Le troisième axe met à l’épreuve le potentiel des territoires entre-deux de créer des opportunités pour de nouvelles configurations spatiales.

Rem Koolhaas’s diagnostic of the modern metropolis shows a generic city with no end, no identity, no past, no streets where the only activity remaining is shopping and the « in-transit » condition is becoming universal. An important part is missing from this analysis: the biopolitical condition of the metropolis, that could explain a number of Junkspace’s characteristics, like the fact that it contains the possibility to resist the generic condition. In the light of this review and in accordance with the philosophical directions that Gilles Deleuze and Félix Guattari draw in A Thousand Plateaus, this research intends to identify the intervals witnessing the biopolitical dimension of Junkspace by rallying the assemblage theory as hypothesis for the architectural and urban theory. The general postulate is that these intervals are in-between territories functioning as laboratories of assemblages that show a political and resistant architectural practice redefining the very part of the architect. Three lines of research are deployed. The first one questions the relevance of an architectural assemblage thinking in the context of the current territorial transformations. Operating a crossing with Deleuze and Guattari’s thought, architecture is understood as a process of assembling and re-assembling. The second line of research is questioning the biopolitical dimension of Junkspace identifying the critical points of its assemblages and evaluating the in-between paradox. The third research line is testing the in-between territories potential to create opportunities for new spatial configurations.

Il n'y a pas de commentaire pour ce titre.

pour proposer un commentaire.